Reconstruction mammaire : retrait du dispositif Strattice, 300 femmes doivent être revues par leurs chirurgiens

Reconstruction mammaire : retrait du dispositif Strattice, 300 femmes doivent être revues par leurs chirurgiens

Coline Garré
| 08.07.2015
  • Reconstruction mammaire : retrait du dispositif Strattice, 300 femmes doivent être revues par leurs chirurgiens-1

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) interdit, sur décision de police sanitaire datée du 25 juin 2015, la mise sur le marché, la distribution, l’importation et l’utilisation de la matrice tissulaire Strattice, commercialisée par la société Lifecell corporation, dans la reconstruction mammaire. Elle ordonne également le retrait de l’ensemble de ces dispositifs médicaux mentionnant cette indication, mis sur le marché.

Signes d’infection et d’inflammation locale

Strattice est un treillis chirurgical dérivé de derme porcin, utilisé pour le renforcement ou la réparation des tissus mous. L’ANSM indique que des effets indésirables graves ont été observés chez certaines femmes portant ce dispositif, dans le cadre d’une reconstruction mammaire suite à une mastectomie. Ces incidents sont apparus dans les 6 mois suivant l’implantation, au niveau du sein. Des douleurs et signes d’infection ou d’inflammation locale (œdème, hématome, souffrance, voire nécrose cutanée) et de la fièvre ont aussi été rapportés. Ces femmes ont dû subir une ou plusieurs reprises chirurgicales, avec parfois explantation du dispositif Strattice ou de l’implant mammaire.

Environ 300 femmes ont été implantées en France.

Revoir et informer les patientes

L’ANSM a adressé un courrier aux chirurgiens ayant implanté ce dispositif pour qu’ils revoient leurs patientes, les informent des risques encourus et des complications possibles, mentionnent l’utilisation de ce dispositif médical dans leur dossier, et évaluent leur état clinique.

Des examens complémentaires comme l’échographie peuvent être nécessaires pour détecter ce type de complications précocement, indique l’ANSM. « En cas de complications, le chirurgien proposera une prise en charge adaptée à la patiente », propose l’agence.

L’ANSM demande aux utilisateurs de ce dispositif de signaler toute complication observée avec ces implants à ses services (direction de la surveillance) par email à materiovigilance@ansm.sante.fr ou par fax : 01 55 87 37 02.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La CNAM généralise une plateforme pour lutter contre le renoncement aux soins

revel

Nicolas Revel, directeur général de la caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a annoncé ce mardi la généralisation à l'ensemble du... 2

Un chirurgien de l'hôpital de Roubaix soupçonné de violences envers des patients et personnels

roubaix

Le conseil départemental de l'Ordre des médecins (CDOM) du Nord a ouvert une enquête hier, lundi, sur un chirurgien de l'hôpital Victor... 1

Des élus bourguignons manifestent pour l'ouverture d'une première année de médecine à Nevers

Une vingtaine d'élus de la Nièvre (Bourgogne-Franche-Comté), dont le président PS du département, Patrice Joly, se sont rassemblés lundi à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter