Un schéma vaccinal renforcé n’est pas nécessaire pour les prématurés selon le HCSP

Un schéma vaccinal renforcé n’est pas nécessaire pour les prématurés selon le HCSP

30.06.2015

En dépit du « risque infectieux majoré » que présente la prématurité, le haut conseil de la santé publique (HCSP) estime dans un nouvel avis qu’il n’est pas nécessaire de recommander un schéma vaccinal renforcé pour l’immunisation des nourrissons prématurés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et les infections à Haemophilus influenzae b.

Le HCSP explique que, s’il existe chez les prématurés une immaturité immunologique et une réponse immune post-vaccinale inférieure à celle observée chez les enfants nés à terme, en particulier vis-à-vis de l’Haemophilus influenzae b, la situation actuelle d’immunité de groupe acquise grâce à un taux élevé de couverture vaccinale rend inutile l’utilisation d’un schéma renforcé.

Le HCSP rappelle cependant qu’il faut impérativement débuter la vaccination de ces nourrissons dès l’âge de huit semaines. Elle recommande également de maintenir les recommandations concernant la prévention des infections invasives à pneumocoques et des infections par le virus de l’hépatite B chez les enfants prématurés nés de mères positives pour les antigènes de l’hépatite B.

Le HCSP s’est auto-saisit de cette question suite à la publication, en août 2014, d’une prise de position dans les « Archives de pédiatrie » par le groupe de pathologie infectieuse pédiatrique de la société française de pédiatrie. Ce dernier questionnait la pertinence du nouveau calendrier vaccinal pour la prévention des infections chez le nouveau né prématuré. Les auteurs se positionnaient en faveur d’un maintien d’une primovaccination à 3 doses à 2,3 et 4 mois pour les prématurés de moins de 33 semaines.

L’immunisation de groupe en renfort

Dans le calendrier vaccinal en vigueur depuis 2013, les nourrissons bénéficient en effet d’un schéma allégé et raccourci pour ce qui concerne la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, poliomyélite, coqueluche et Haemophilus influenzae b. Ce schéma vaccinal comporte deux injections de primovaccination effectuées aux âges de 2 et 4 mois, et un rappel à à l’âge de 11 mois.

Pour rendre sa décision, le HCSP s’est plus particulièrement appuyé sur l’épidémiologie récente des infections invasives à Hib en France, et sur la situation en Suisse, le seul pays à ce jour à proposer un calendrier vaccinal spécifique chez les nourrissons nés prématurément.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

Attentats, situation exceptionnelle : en Bourgogne-Franche-Comté, les médecins libéraux s’organisent

blondet

L’URPS médecins libéraux Bourgogne-Franche-Comté organise ce vendredi, à Beaune, une soirée d’information pour présenter à la profession et... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter