Un schéma vaccinal renforcé n’est pas nécessaire pour les prématurés selon le HCSP

Un schéma vaccinal renforcé n’est pas nécessaire pour les prématurés selon le HCSP

30.06.2015

En dépit du « risque infectieux majoré » que présente la prématurité, le haut conseil de la santé publique (HCSP) estime dans un nouvel avis qu’il n’est pas nécessaire de recommander un schéma vaccinal renforcé pour l’immunisation des nourrissons prématurés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et les infections à Haemophilus influenzae b.

Le HCSP explique que, s’il existe chez les prématurés une immaturité immunologique et une réponse immune post-vaccinale inférieure à celle observée chez les enfants nés à terme, en particulier vis-à-vis de l’Haemophilus influenzae b, la situation actuelle d’immunité de groupe acquise grâce à un taux élevé de couverture vaccinale rend inutile l’utilisation d’un schéma renforcé.

Le HCSP rappelle cependant qu’il faut impérativement débuter la vaccination de ces nourrissons dès l’âge de huit semaines. Elle recommande également de maintenir les recommandations concernant la prévention des infections invasives à pneumocoques et des infections par le virus de l’hépatite B chez les enfants prématurés nés de mères positives pour les antigènes de l’hépatite B.

Le HCSP s’est auto-saisit de cette question suite à la publication, en août 2014, d’une prise de position dans les « Archives de pédiatrie » par le groupe de pathologie infectieuse pédiatrique de la société française de pédiatrie. Ce dernier questionnait la pertinence du nouveau calendrier vaccinal pour la prévention des infections chez le nouveau né prématuré. Les auteurs se positionnaient en faveur d’un maintien d’une primovaccination à 3 doses à 2,3 et 4 mois pour les prématurés de moins de 33 semaines.

L’immunisation de groupe en renfort

Dans le calendrier vaccinal en vigueur depuis 2013, les nourrissons bénéficient en effet d’un schéma allégé et raccourci pour ce qui concerne la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, poliomyélite, coqueluche et Haemophilus influenzae b. Ce schéma vaccinal comporte deux injections de primovaccination effectuées aux âges de 2 et 4 mois, et un rappel à à l’âge de 11 mois.

Pour rendre sa décision, le HCSP s’est plus particulièrement appuyé sur l’épidémiologie récente des infections invasives à Hib en France, et sur la situation en Suisse, le seul pays à ce jour à proposer un calendrier vaccinal spécifique chez les nourrissons nés prématurément.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 10

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter