Prothèses capillaires et postiches : la HAS fixe de nouvelles règles pour le remboursement

Prothèses capillaires et postiches : la HAS fixe de nouvelles règles pour le remboursement

29.06.2015
  • Prothèses capillaires et postiches : la HAS fixe de nouvelles règles pour le remboursement - 1

La Haute Autorité de santé vient de définir les nouvelles conditions de prise en charge des prothèses capillaires dans le cadre notamment du 3e plan Cancer 2014-2019, qui vise notamment à réduire les conséquences économiques du cancer en préconisant une revalorisation du tarif de remboursement de ces produits. En raison de données inexistantes ou non exploitables sur cette thématique, la Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDiMTS) n’a pas pu procéder à une revue de la littérature et a dû adapter sa méthodologie.

Une indication unique

L’utilisation des prothèses capillaires concerne de nombreuses situations cliniques, indique la HAS qui s’est essentiellement appuyée sur l’avis des professionnels de santé en oncologie (chirurgien oncologue, infirmière d’annonce, assistante sociale, psychologue, cadre socio-éducative, accompagnatrice en santé) et en dermatologie (dermatologue spécialiste du cuir chevelu).

Dans ses recommandations, la HAS a préféré retenir une indication unique : l’« alopécie temporaire ou définitive, partielle ou totale, de l’adulte et de l’enfant, consécutive à une pathologie ou à sa prise en charge ». En effet, expliquent les experts quelle que soit la situation, « la prescription médicale intervient, de manière systématique, en réponse à une alopécie, qu’elle soit due à une maladie ou à un traitement ».

Une alopécie androgénique ne sera prise en charge que dans le cas des alopécies chez la femme et au stade 3 de la classification de Ludwig. Sont exclues les alopécies androgéniques de l’homme et non sévères chez la femme.

Prescription par le généraliste

Aux côtés des indications, la HAS précise les conditions de prescription. Non seulement le renouvellement - au bout d’une période minimale de 6 mois - mais aussi la primo-prescription peuvent être faits par le médecin généraliste dans le cadre d’un parcours de soin coordonné même si la prise en charge de la maladie est effectuée par le spécialiste.

Ne pas imposer un essayage pour les renouvellements afin de ne pas freiner la vente à distance pour les patients connaissant le produit qui leur convient et habitant loin des points de vente, indique l’avis de la Haute Autorité à propos des modalités de distribution des prothèses capillaires. Imposer en revanche, l’essayage pour la 1re prescription afin d’assurer un accompagnement optimal, en veillant à préserver l’intimité et la confidentialité.

Vérifier chez l’enfant que la prothèse est bien adaptée au tour de tête du patient, recommande encore la HAS en direction des revendeurs. Et d’insister sur l’information du patient. Revendeurs comme distributeurs sont sommés de mettre à disposition des patients les documents nécessaires.

Accessoires remboursés

Sont inclus dans ces recommandations les cas particuliers : patients ayant une alopécie due à une radiothérapie (avec une peau fragilisée) ou à une zone étendue en phase de cicatrisation (grands brûlés, traumatismes récents localisés sur le cuir chevelu) mais aussi patients allergiques au latex.

À propos des accessoires de type foulard, turban, mèche de cheveu, etc, les experts proposent d’en prendre un en charge en complément d’une prothèse capillaire ou trois en cas de refus de prise en charge d’une prothèse capillaire par le patient.

Il n’est pas possible d’estimer la population cible du fait de l’absence de données épidémiologiques, explique la HAS qui s’appuie sur les remboursements annuels. Résultat : entre 54 000 et 57 000 prothèses capillaires ont été remboursées, soit 50 000 à 52 000 patients (dont 450 à 650 enfants) par an. Environ la moitié des patients étaient atteints d’un cancer.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Raphaël L Médecin ou Interne 29.06.2015 à 21h22

« L'HAS a oublié (tiens donc) une indication de prévention : les chauves qui font des baso-cellulaires à répétition ou un spino-cellulaire du cuir chevelu, quand on connait les maléfices du soleil dan Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 4

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 11

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter