Même à faibles doses, l’exposition professionnelle répétée aux radiations expose à un surrisque de leucémie

Même à faibles doses, l’exposition professionnelle répétée aux radiations expose à un surrisque de leucémie

22.06.2015
  • Même à faibles doses, l’exposition professionnelle répétée aux radiations expose à un surrisque de leucémie-1

S’il y a une chose que les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki ont apprise aux scientifiques, c’est que l’exposition brève et intense aux radiations ionisantes est liée à une augmentation dose-dépendante du risque de décès causée par une leucémie. Il n’était toutefois pas certain que cette relation se vérifiait avec les très faibles doses, comme celles auxquelles sont soumis les personnels travaillant sur des sites nucléaires ou dans l’industrie de l’enrichissement. Grâce à l’étude de cohorte INWORKS (International Nuclear Workers Study) coordonnée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), et parue dans « Lancet Haematology », on sait désormais que c’est le cas.

25 ans de données accumulées

Ce travail est le fruit d’une collaboration entamée il y a 25 ans par les instituts de radioprotection américains, anglais et français. En France, le gros des patients inclus dans l'étude étaient employés par le CEA, AREVA et EDF. Les auteurs ont ainsi pu rassembler une cohorte de plus de 300 000 travailleurs, dont les niveaux d’irradiation sont contrôlés en permanence par des dosimètres, et ayant travaillé au moins 1 an à des postes exposés à des faibles doses de rayons X ou de rayons gamma. Au total, cela représente un suivi de 8,22 millions de patients années.

Le risque de mortalité lié à la leucémie, en dehors des leucémies lymphoïdes chroniques, était multiplié par 4 pour chaque Gray d’exposition cumulée. La mortalité liée aux leucémies myéloïdes chroniques seules était multipliée par plus de 10,5 par Gray. « Les rayonnements ionisants sont un facteur de risque très important d'apparition des leucémies myéloïdes chroniques, commente Klervi Leuraud, épidémiologiste à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et premier auteur de l’étude. A contrario, la mortalité est un mauvais indicateur pour étudier le surrisque de leucémies lymphoïdes chroniques. C'est pourquoi elles ont été exclues de l'étude. » Les auteurs précisent que le surrisque de décès restait le même d’un pays à l’autre.

Les méthodes de radioprotections confortées

Cette augmentation du risque de décès est cohérente avec les chiffres déjà observés lors d’études menées chez des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki, mais cela ne signifie pas qu’une forte mortalité par leucémie est à craindre chez les travailleurs du nucléaire pour autant. Les niveaux d’exposition moyens étaient en effet très faibles, de l’ordre de 1,1 mGy par an. Cela signifie que, à moins de connaître un accident d’exploitation, un employé correctement protégé ne court ne voit son surrisque de leucémie très faiblement augmenter.

« Depuis 25 ans, on assiste à une diminution régulière du niveau de radiations auxquels sont exposés les employés du nucléaire précise en outre Klervi Leuraud. Nos résultats valident la manière dont la radioprotection est menée jusqu’à présent, suivant le principe de la "linéarité sans seuil" ». Suivant ce principe, il faut cumuler toutes les expositions aussi minimes soient-elles, pour estimer le niveau de risque des travailleurs du nucléaire.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
ETIENNE R Médecin ou Interne 12.10.2015 à 18h10

Si vous allez visiter à Berlin le musée de la Stasi (police politique de l'ex-Allemagne de l'Est à l'époque soviétique), vous verrez un appareil soi-disant de radiologie médicale, émetteur de rayons Lire la suite

Répondre
 
JLCB Médecin ou Interne 22.06.2015 à 20h24

« Donc, on ne devrait plus pouvoir affirmer l'absence de risques aux faibles doses, moins de 100 mSv, et encore moins revendiquer les effets bénéfiques des faibles doses, c'est à dire l'hormesis. Le d Lire la suite

Répondre
 
REMY P Médecin ou Interne 23.06.2015 à 09h25

« Il est probable que nous sommes pas tous égaux face à ce danger comme face aux UV pour le mélanome où face au cancer du poumon pour le tabac par exemple , certains gros fumeurs ne feront jamais de Lire la suite

Répondre
 
REMY P Médecin ou Interne 23.06.2015 à 09h22

« L'hormésis existe bel et bien mais concerne-t-il 100 % de la population ?
Surement pas (tout le monde ne régit pas à un vaccin, si vous me permettez ce parallèle).
Il faut disposer génétiquement Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter