Cancer colorectal : restaurer l’APC normalise le tissu chez la souris

Cancer colorectal : restaurer l’APC normalise le tissu chez la souris

18.06.2015

Chez des souris ayant développé expérimentalement un cancer colorectal, le seul fait de restaurer les taux du gène tumeur-suppresseur APC entraîne la régression tumorale et normalise les cellules intestinales. Selon une étude publiée dans « Celle », moduler la voie Wnt pourrait constituer une thérapie ciblée efficace.

Une meilleure connaissance des anomalies moléculaires impliquées dans le développement des cancers permet de développer des thérapies ciblées (qui ciblent ces anomalies), qui devraient théoriquement être plus efficaces et présenter moins d’effets indésirables que les chimiothérapies cytotoxiques, dont l’action porte sur toutes les cellules en division – cancéreuses ou non.

Des mutations présentes dans 90 % des tumeurs

L’étude de « Cell » suscite l’espoir d’une puissante approche ciblée contre le cancer colorectal.

La majorité des cancers colorectaux (90 %) sont déclenchés par des mutations inactivant le gène tumeur-suppresseur APC (adenomatous polyposis coli), avec pour résultat une augmentation anormale du signal Wnt (favorisant l’auto-renouvellement des tissus).

Outre les mutations APC, des mutations de KRAS et de TP53 sont aussi trouvées dans la moitié des cancers colorectaux et contribuent à la progression tumorale. Il restait toutefois à savoir si l’anomalie APC était requise pour le maintien et la progression du cancer colorectal.

« Nous voulions déterminer s’il suffisait de corriger l’anomalie APC dans les cancers colorectaux pour arrêter la croissance tumorale et provoquer la régression », explique le Dr Lukas Dow (Memorial Sloan Kettering Cancer Center et Weill-Cornell Medical College à New York).

À cette fin, Dow et coll. ont créé un nouveau modèle murin du cancer colorectal (souris transgénique shRNA), dans lequel le gène APC peut être inactivé dans les intestins de façon réversible (inactivation par la doxycycline). Lorsque l’APC est inactivé, ces souris développent des adénomes à la fois dans l’intestin grêle et le colôn (comme chez les patients) et ces tumeurs, en présence des mutations Kras et p53, peuvent progresser vers un cancer invasif. Lorsque l’APC est réactivé chez les souris porteuses de tumeurs colorectales, les chercheurs ont découvert que le signal Wnt se normalise, les cellules tumorales cessent de proliférer, et celles-ci redeviennent normales en 4 jours.

De façon remarquable, les tumeurs disparaissent en deux semaines et aucune rechute n’est observée pendant un suivi de 6 mois. Il faut noter en outre que cette approche (réactivant l’APC) est efficace alors que les mutations Kras et p53 sont présentes.

Des implications thérapeutiques

« L’idée d’identifier les mutations qui gouvernent spécifiquement les tumeurs est une priorité dans de nombreux laboratoires. Si nous pouvons définir quels types de mutations et changements constituent les événements clés qui gouvernent la croissance de la tumeur, nous serons mieux équipés pour identifier les traitements les plus appropriés pour chaque cancer individuel », souligne le Dr Dow. « Il est actuellement impossible de restaurer directement la fonction APC chez les patients, et des résultats antérieurs laissent penser que l’inhibition complète du signal Wnt serait probablement gravement toxique pour les cellules intestinales. Cependant, nos données suggèrent que de petites molécules visant à moduler la voie Wnt, sans l’inhiber totalement, pourraient obtenir les effets similaires de la réactivation de l’APC », précise le Dr Scott Lowe (MSKCC, NY) qui a supervisé ce travail.

De tels modulateurs existent déjà, avec le développement récent des inhibiteurs de la tankyrase (tnk) .

Comme le concluent les chercheurs, il faudra attendre les futurs travaux pour savoir si l’inhibition de Wnt (ou des approches similaires) pourrait procurer un effet thérapeutique durable en pratique clinique.

Cell 18 juin 2015, Dow et coll.
Dr Veronique Nguyen
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
sirius Médecin ou Interne 19.06.2015 à 07h49

« Si ces recherches pouvaient déboucher rapidement ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
ROSP

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre de 2016. La prime moyenne des seuls généralistes atteint 6 983 euros (+3,4 %). La CNAM dresse un bilan positif de ce système mais a programmé sa mue dans la nouvelle convention. Points noirs : la vaccination et certains dépistages. 3

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... Commenter

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... 6

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter