Serrés comme des sardines dans leur bureau, les anesthésistes de l’hôpital Pompidou tapent du poing sur la table

Serrés comme des sardines dans leur bureau, les anesthésistes de l’hôpital Pompidou tapent du poing sur la table

Sophie Martos
| 16.06.2015
  • Serrés comme des sardines dans leur bureau, les anesthésistes de l’hôpital Pompidou tapent du poing sur la table - 1

L’administration de l’hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP) a prévu de jouer aux dominos avec les bureaux des PU-PH dans le cadre d’une grande structuration des services. Au programme, l’aménagement d’une partie de l’open space, partagé entre 30 praticiens hospitaliers d’anesthésie réanimation (PHAR), afin d’attribuer des bureaux individuels à d’autres spécialités (soins palliatifs et éventuellement psychiatrie), alors que les PHAR réclament le sésame depuis des années. Les anesthésistes-réanimateurs de l’hôpital parisien sont « remontés comme des coucous », explique, le Dr Patrick Dassier, membre du Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHAR-E).

« Peu de PH fréquentent l’open space, nous passons beaucoup de temps au bloc mais nous sommes dans un hôpital universitaire, nous avons d’autres activités », raconte le Dr Dassier, appuyant les activités de recherche et d’enseignement. Les anesthésistes-réanimateurs devront se satisfaire de « casiers vestimentaires ». Or un protocole de l’AP-HP de 1992, envoyé à la direction, définit certains critères logistiques pour les PHAR et notamment, un bureau pour deux à trois PH.

Un problème qui en cache un autre

Exaspérés par la situation, les représentants de la communauté PHAR de l’AP-HP ont exprimé leur mécontentement sur « l’inégalité de traitement », à la commission médicale d’établissement (CME) et à la direction de l’organisation médicale et de relations avec les universités (DOMU). Sans succès. Le DOMU estime que les anesthésistes-réanimateurs ont une activité postée qui ne justifie pas d’être titulaire de bureaux. « Cela témoigne du profond mépris que certains administratifs ont vis-à-vis des PH », poursuit le Dr Dassier, ajoutant que ce problème joue sur l’ambiance de travail qui s’est déjà dégradée depuis quelque temps et surtout sur l’attractivité des jeunes internes pour des postes à l’AP-HP. Une soixantaine de postes d’anesthésie-réanimation sont vacants à l’AP-HP, « les jeunes préfèrent se tourner vers le privé ou alors ils quittent l’AP-HP après l’internat », souligne-t-il. Les PH du département d’anesthésie ont signé une pétition et « veulent aller jusqu’au bout », précise le Dr Dassier. Une entrevue avec la directrice du groupe hospitalier, Anne Costa est prévue le 18 juin pour amorcer le dialogue sur les conditions de travail.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
CLAUDINE F Médecin ou Interne 17.06.2015 à 09h39

« Cela montre une fois de plus, le mépris de l'Administration envers les médecins et particulièrement les Médecins Anesthésistes; au fait sait-elle qu' il y a des anesthésistes "Médecins" ?
Bravo à Lire la suite

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 16.06.2015 à 21h13

« C'est curieux comme les gens qui travaillent dur a tous les échelons de la société sont réellement maltraités de toutes les manières !... Seraient ils tellement complaisants qu'on pense les piller, Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 17

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 12

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter