Déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) - Une priorité : informer les patients

Déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI)Une priorité : informer les patients

15.06.2015
Informer vos patients sur la façon d’éliminer leurs déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) piquants, coupants et tranchants, lorsqu’ils sont en autotraitement, fait partie de votre rôle d’éducateur de santé. Ce sont 1,4 million de patients qui, en France, sont concernés.
Un publi-rédactionnel réalisé par Le Quotidien du Médecin pour DASTRI

Les médecins en première ligne

« Les médecins ont un rôle essentiel à jouer en matière de gestion des DASRI perforants. Les patients accordent en effet beaucoup de crédit à leur parole. Ils sont, par ailleurs, au tout début de la chaîne d’information puisqu’ils vont diagnostiquer la pathologie. Il est donc essentiel, pour les patients, que leur médecin leur parle de cette solution simple, gratuite et de proximité. Nous comptons donc sur les médecins pour relayer les informations sur l’existence de la filière et ses modalités de fonctionnement. » (Laurence Bouret, Déléguée générale de DASTRI)

L’enquête DASTRI-Ifop montre que les médecins sont unanimement conscients de leur rôle d’information et d’accompagnement des patients, mais qu’ils manquent encore de connaissances sur le sujet. Lire le compte-rendu de l'enquête DASTRI-Ifop.

Qu’est-ce que la filière DASTRI ?

La filière DASTRI est un système sûr, efficace, adapté et proche du patient, entièrement gratuit pour ce dernier.

Son objectif est avant tout d’apporter aux patients une solution de proximité simple et sécurisée pour le stockage de leurs déchets de soins perforants ainsi que pour leur collecte dans des lieux faciles d’accès, la plupart des pharmacies.

Quels sont les patients concernés ?

Les patients concernés s’administrent par leurs propres moyens un traitement injectable et/ou réalisent de l’autosurveillance sans l’intervention d’un professionnel de santé.

Dix-huit pathologies sont concernées (arrêté du 23 août 2011) : diabète, hémophilie, VIH, Parkinson, hépatites virales, maladies auto-immunes…

C’est le diabète qui génère la plus grande part de déchets à éliminer.

Où le patient peut-il se procurer sa boîte à aiguilles ?

Toutes les pharmacies distribuent gratuitement les boîtes à aiguilles DASTRI. Sur simple présentation d’une ordonnance, des boîtes à aiguilles (jaunes à couvercle vert), accompagnées d’un mode d’emploi, sont mises à disposition des patients qui se soignent à domicile. Les 22 800 pharmacies du territoire s’approvisionnent gratuitement auprès de l’éco-organisme DASTRI.
 

Quels sont les produits à déposer dans les boîtes à aiguilles ?

Il s’agit de produits piquants, coupants et tranchants utilisés par les patients en autotraitement : lancettes et autopiqueurs, aiguilles, cathéters prémontés avec aiguille pour les porteurs de pompe, stylo avec aiguille, seringue avec aiguille…

Ces produits peuvent présenter un risque infectieux. Ils nécessitent, de ce fait, un traitement particulier.
 

Comment sont collectées, puis traitées les boîtes à aiguilles pleines ?

Après avoir rempli leur boîte à aiguilles, les patients en autotraitement doivent la rapporter dans un point de collecte.

Le réseau DASTRI compte 14 000 points de collecte (PDC) répartis sur tout le territoire (métropole et Outre-Mer). Ces points sont très majoritairement des pharmacies d’officine, mais il peut aussi s’agir de déchetteries, de pharmacies à usage interne, de laboratoires de biologie médicale, de bornes automatisées sur la voie publique, de locaux municipaux… Dans tous ces lieux, les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) sont pris en charge hors du circuit des déchets ménagers, de manière sécurisée et en conformité avec la réglementation.

Les adresses de ces points de collecte sont disponibles sur le site de DASTRI : www.dastri.fr

Les points de collecte sont régulièrement collectés par DASTRI qui assure également l’élimination de ces déchets de manière sécurisée, conformément à la réglementation en vigueur.
 


Quelques chiffres clés

– 57 % : taux de captage des DASRI (1er trimestre 2015).

– 22 800 officines approvisionnées gratuitement en boîtes à aiguilles.

– Plus de 4 millions de boîtes à aiguilles distribuées dans l’Hexagone et Outre-Mer.

– 14 400 points de collecte dont 13 200 pharmacies.

Publi-rédactionnel réalisé par le Quotidien du Médecin pour DASTRI
Source : Lequotidiendumédecin.fr n°20150615

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter