Attaque à l’acide, tags insultants, un généraliste de Guadeloupe suspend son activité par crainte d’une nouvelle agression

Attaque à l’acide, tags insultants, un généraliste de Guadeloupe suspend son activité par crainte d’une nouvelle agression

Stéphane Long
| 13.06.2015
  • Attaque à l’acide, tags insultants, un généraliste de Guadeloupe suspend son activité par crainte d’une nouvelle agression-1

Depuis quelques semaines, le Dr Samuel Chemla exerce la peur au ventre. Ce généraliste, installé en Guadeloupe depuis trois ans, a été la cible de deux actes de vandalisme inexpliqués. Le 11 avril dernier, en fin de soirée, un individu tague à l’encre indélébile la devanture de son cabinet de Pointe-à-Pitre. L’homme, repéré par des caméras de surveillance, n’a pas été identifié.

Huit jours plus tard, nouvel incident, plus inquiétant. Alors qu’il assure une garde de nuit au centre d’urgence du Moule, une commune située à une trentaine de kilomètres de Pointe-à-Pitre, le Dr Chemla retrouve son véhicule aspergé d’acide, une vitre brisée. Une partie de la carrosserie et l’intérieur de l’habitacle sont endommagés. Montant de la facture : plus de 70 000 euros de réparations, partiellement prises en charge par son assurance.

Règlement de compte ?

Qui en veut au Dr Chemla ? Pourquoi ? À ce jour, et malgré les plaintes déposées aux commissariats locaux, le médecin n’a aucune réponse. « Je n’ai pas de problème avec ma patientèle qui est adorable », confie-t-il au « Quotidien ». Le généraliste a le sentiment d’être la cible d’un règlement de compte personnel. Il a confié ses présomptions aux forces de l’ordre.

Le médecin évoque également le « contexte de vie difficile » et le climat d’insécurité qui règne en Guadeloupe et qui l’ont conduit à installer un système de vidéosurveillance dans son cabinet lors de son installation. « À l’époque, il y avait des gangs qui trafiquaient jusque devant mon cabinet. Ça s’est calmé depuis », explique-t-il.

Deux mois après le premier incident, le Dr Chemla est en plein désarroi. Le conseil de l’Ordre départemental, avec lequel il a pris contact, ne lui a fourni aucun soutien. « C’est hallucinant. Ils ne m’ont même pas répondu, déplore-t-il. Depuis, j’ai écrit au conseil national avec l’espoir d’avoir une réponse. »

Le médecin a le sentiment de ne pas être épaulé, que les moyens engagés pour résoudre cette affaire ne sont pas suffisants. Il confie sa peur d’une nouvelle agression : « Je ne veux pas sombrer dans la paranoïa. Mais ne sachant pas qui est derrière, on ne sait pas jusqu’où la personne est prête à aller... On va me canarder, on va me planter avec un couteau, on va me jeter de l’acide dessus ? »

Sur ses gardes en permanence

Il ne sort plus sans une arme d’autodéfense, surveille sans cesse les allées et venues aux alentours de son cabinet et reste vigilant lorsqu’il se déplace. « Je ne peux pas travailler dans ces conditions, soupire le Dr Chemla. Je ne peux pas être aux aguets en permanence. »

Dans ces conditions, le médecin a annoncé à ses patients, à l’Ordre et aux structures avec lesquelles il travaille, son intention de cesser son activité à partir de la semaine prochaine. « Je ne sais pas quand je pourrai reprendre. En tout cas, pas tant que l’enquête ne sera pas résolue », conclut le praticien avec regret.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 37 Commentaires
 
jacques michel b Pharmacien 15.06.2015 à 16h05

« Samuel et Chemla en plus... cela fait beaucoup... cela va finir comme avec le gang dit des "barbares"; j'ai personnellement renoncé à sortir dans certains quartiers, on entendait les injures à 100 Lire la suite

Répondre
 
GERARD N Médecin ou Interne 14.06.2015 à 19h28

« Nous avons besoin de vous à Paris également. Inutile de rester dans une région où vous n'êtes pas le bienvenu. »

Répondre
 
Frédéric T Pharmacien 14.06.2015 à 18h15

« Venez à Mayotte : 100 places possibles pour un généraliste libéral ! »

Répondre
 
silicone Médecin ou Interne 14.06.2015 à 13h59

« Je suis de tout cœur avec ce médecin qui ne peut exercer librement son exercice. Comme l'ont dit certains de mes confrères, il peut revenir en métropole, et travailler dans de meilleures conditions. Lire la suite

Répondre
 
Samuel C Médecin ou Interne 14.06.2015 à 15h43

« Merci pour votre témoignage :) »

Répondre
 
BRIGITTE R Pharmacien 14.06.2015 à 09h44

En effet nous avons besoin de médecins en métropole .
J'exerce à 15kms de Troyes , nous recherchons un médecin , nous n'avons pas le climat des Antilles , mais la vie est agréable et les patients ne Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L’ANSES fixe de nouveaux repères pour la consommation alimentaire des adultes

ANSES

L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation et du travail (ANSES) publie ce mardi un avis et un rapport qui actualisent les... Commenter

Les ordonnances du SML pour « soigner » les maux de Valls et Hamon

Après un « examen complet » des programmes des deux candidats arrivés en tête du premier tour de la primaire à gauche, les médecins du SML... Commenter

AZF, 13 novembre, Nice : les pistes pour améliorer l'accompagnement psychologique des victimes

psy

Alors que le troisième procès AZF s'ouvre ce 24 janvier, le Pr Jean-Philippe Raynaud, chef du service Psychiatrie de l'enfant et de... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter