Maladies chroniques : deux tiers des médecins spécialistes franciliens satisfaits de leurs échanges avec les généralistes

Maladies chroniques : deux tiers des médecins spécialistes franciliens satisfaits de leurs échanges avec les généralistes

Sophie Martos
| 10.06.2015
  • Maladies chroniques : deux tiers des médecins spécialistes franciliens satisfaits de leurs échanges avec les généralistes - 1

Une enquête de l’URPS médecins libéraux d’Ile-de-France met en valeur le rôle prépondérant des spécialistes de proximité dans la coordination des soins des patients atteints de maladie chronique*.

Les maladies chroniques représentent 40 % des consultations des spécialistes, dont 80 % en neurologie, pneumologie, cardiologie, endocrinologie et rhumatologie. Plus de 60 % des praticiens estiment qu’assurer le diagnostic d’un patient est la priorité, suivi du choix du traitement et de la réévaluation de celui-ci.

Réduction des effets iatrogènes

Dans le cadre de la coordination des soins des patients atteints de maladies chroniques, 65 % des médecins spécialistes sondés sont satisfaits de leurs échanges avec les généralistes. Ce chiffre grimpe à 80 % dans certaines spécialités comme la cardiologie et la gastro-entérologie, contre 55 % pour la gynécologie ou la pédiatrie. Cette différence s’explique « par l’accès direct des patients à ces spécialités », note l’URPS Ile-de-France.

Les médecins interrogés sont davantage satisfaits des échanges qu’ils ont avec les établissements privés (neuf spécialistes sur dix) que publics.

Les médecins spécialistes sollicitent souvent les infirmiers (68 %) et les kinésithérapeutes (57 %) pour la prise en charge de patients, les orthoptistes et podologue (27 %) sont quant à eux, loin derrière. Par ailleurs, 84 % des sondés estiment que l’« observance thérapeutique de leurs patients est satisfaisante » lors d’un parcours coordonné de soins et qu’il induit « une réduction des effets iatrogènes ».

*Enquête réalisée de janvier à mars 2015 à laquelle ont répondu 604 praticiens spécialistes libéraux (hors généralistes)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter