Le tiers payant bientôt obligatoire pour les généralistes... belges

Le tiers payant bientôt obligatoire pour les généralistes... belges

Christophe Gattuso
| 03.06.2015

L’INAMI, l’Assurance-maladie belge, a annoncé ce mercredi que les médecins généralistes devraient appliquer le tiers payant pour 1,9 million de patients précaires, à compter du 1er juillet. « Grâce à ce nouveau système, nous rendons nos soins de santé plus accessibles à un groupe de personnes qui rencontrent de grandes difficultés », déclare Maggie De Block, ministre de la Santé belge.

La dispense d’avance de frais est déjà pratiquée outre-Quiévrain pour tous les patients dans les hôpitaux, chez les infirmiers à domicile et dans les laboratoires. La facturation y est électronique.

Grâce au tiers payant obligatoire, les personnes bénéficiant de l’intervention majorée* ne paieront plus que la part personnelle d’un euro (ticket modérateur). « Les honoraires du médecin généraliste lui seront versés directement par la mutualité [les caisses qui gèrent le remboursement]», explique l’INAMI.

En souplesse

« Nous avons constaté que tout le monde sur le terrain n’était pas encore équipé à 100 % pour pouvoir facturer électroniquement, a souligné Maggie De Block. Nous devrons donc faire preuve de souplesse. Quiconque sera prêt pourra commencer dès le 1er juillet. Le 1er octobre, tout le monde devra appliquer le régime. »

L’Assurance-maladie belge va travailler avec les fournisseurs informatiques pour adapter les logiciels des médecins. Les feuilles de soins papier devraient peu à peu être remplacées par une facturation électronique.

À compter du 1er octobre, lors des soins, et avant une facturation électronique, le médecin devra identifier ses patients au moyen de leur carte d’identité électronique et leur délivrer un document justificatif, indiquant clairement le montant de la part payée et en mentionnant les éventuels suppléments et soins non remboursés.

* Les patients bénéficiant de l’intervention majorée ont une réduction de 50 % sur les frais de médicaments, les consultations, ou les frais d’hôpitaux
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 04.06.2015 à 14h06

« Et pour ceux qui n'ont pas la carte (perdue, cassée, démagnétisée...) ? »

Répondre
 
yannick j Médecin ou Interne 06.06.2015 à 10h27

« Tout à fait d'accord. Il faudra remplir la feuille papier et l'envoyer à l'organisme correspondant. Du boulot en plus pour le médecin, car, bien sûr, c'est lui qui assurera ce secrétariat. On a déjà Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Docétaxel : 48 décès en 20 ans selon l'enquête de pharmacovigilance

docetaxel

Les résultats consolidés de l'enquête nationale de pharmacovigilance diligentée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des... 1

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 20

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter