Les vagues de froid tuent 20 fois plus que la chaleur

Les vagues de froid tuent 20 fois plus que la chaleur

21.05.2015

La canicule de 2003 en France a alerté sur les dangers de la chaleur extrême. Pourtant, selon une étude publiée dans le « Lancet » sur 13 pays, le froid à travers le monde serait plus meurtrier que les vagues de chaleur, près de 20 fois plus. L’équipe internationale dirigée par le Dr Antonio Gasparrini, épidémiologiste au London School of Hygiene and Tropical Medicine, montre d’après l’analyse de 74 millions de décès que la mortalité attribuable à la température (7,71 % de la mortalité totale) est plus importante pour le froid (7,29 %) que pour la chaleur (0,42 %).

Pour le Dr Gasparrini : « Nos résultats (...) montrent que la majorité de ces décès surviennent aujourd’hui pour les jours modérément chauds et froids, avec la majorité survenant pour des températures modérément froides ». Les températures anormales extrêmes (‹ 2,5 et › 97,5 percentiles) ne contribuent à la mortalité totale qu’à hauteur de 0,86 %

Avoir froid à Londres ou en Thaïlande

La mortalité attribuable à une température non optimale (7,71 % en moyenne) était très variable selon les pays, allant de 3 % en Thaïlande, Brésil et Suède, à 11 % pour la Chine, l’Italie et le Japon. Les températures optimales – c’est-à-dire celle pour laquelle la mortalité était minimale – étaient ainsi variables d’un pays à l’autre, de même que ce qui était considéré comme des périodes de froid ou de chaleur.

L’analyse s’est donc faite pays par pays. Les chiffres ont été ajustés sur plusieurs critères, la température moyenne, l’éventail des températures et des indicateurs nationaux. L’effet de la température d’un jour donné sur la mortalité était défini comme le maximum de l’effet ce jour-là et les 21 jours suivants.

Un tournant

Selon le Dr Gasparrini : « Les politiques actuelles de santé publique se sont presque exclusivement focalisées à minimiser les risques sanitaires liés aux vagues de chaleur. Nos résultats suggèrent que ces mesures ont besoin d’être mises à plat et élargies de façon à prendre en compte l’ensemble des effets associés à la température. » Dans un éditorial écrit par deux chercheurs de l’université chinoise Duke Kunshan, si l’étude marque un tournant, les choses pourraient s’avérer plus subtiles. Des « facteurs de susceptibilité ou de résilience », tels que « le statut socio-économique, l’âge ou la pollution atmosphérique », non pris en compte dans l’étude du « Lancet », pourraient amener à modifier les politiques de santé publique.

The Lancet, publié le 21 mai 2015
Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 15

Des files d'attente quatre jours par an pour prendre rendez-vousSous le feu des critiques, un ophtalmo gardois défend sa méthode Abonné

Le Dr Thierry Bangil, ophtalmologue à Pont-Saint-Esprit, organise une fois par trimestre une prise de rendez-vous pour le renouvellement de... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter