« Non substituable », sanctions en vue : un médecin se voit réclamer une pénalité de 484 euros

« Non substituable », sanctions en vue : un médecin se voit réclamer une pénalité de 484 euros

Anne Bayle-Iniguez, Cyrille Dupuis
| 15.05.2015
  • « Non substituable », sanctions en vue : un médecin se voit réclamer une pénalité de 484 euros-1

Un rhumatologue pourrait se voir bientôt condamner à payer une pénalité financière de près de 500 euros pour avoir abusé de la mention manuscrite « non substituable » (NS) sur ses ordonnances.

Dans les faits, la caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) de Haute-Garonne a analysé l’activité du spécialiste entre le 1er septembre 2013 et le 31 décembre 2013. Pendant cette période, le médecin a « porté sur [ses] prescriptions de médicaments la mention "non substituable" pour des patients pour lesquels cette mention n’était pas justifiée selon le service du contrôle médical, après examen des éléments relatifs à cette exclusion de la possibilité de substitution », lit-on dans la lettre adressée au professionnel par la CPAM de Toulouse.

Selon la caisse, cette pratique excessive du « NS » a généré un surcoût pour l’assurance-maladie de 968,39 euros. En conséquence, la CPAM s’apprête à sanctionner le médecin par une pénalité « dont le montant maximum est égal à 50 % des sommes indûment prises en charge », soit 484,19 euros.

La condamnation ne sera prononcée « qu’en dernier recours », après avoir recueilli l’avis de la commission des pénalités installée au sein de la caisse (où siègent représentants de l’assurance-maladie et des professionnels). Le médecin a un mois pour s’expliquer.

Un « énorme paquet de procédures » à venir

C’est la première fois qu’une caisse avance aussi loin dans la procédure de sanctions dans le cadre du dossier « NS ». « Cette histoire n’est que le début de l’énorme paquet de procédures de contrôle d’activité qui menace les médecins dans toute la France », assure toutefois le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp, responsable de la cellule juridique de la Fédération des médecins de France (FMF).

Dans son département du Rhône, une dizaine de médecins seraient dans la même situation à cause de ce « dernier cadeau » de Frédéric Van Roekeghem, ex-patron de l’assurance-maladie aux affaires jusqu’en novembre 2014.

Toujours d’après le Dr Garrigou-Grandchamp, le rhumatologue de Haute-Garonne risque d’être cloué au pilori « à titre d’exemple » pour avoir trop prescrit en « NS » des molécules coûteuses (certains antalgiques, immunosuppresseurs et inhibiteurs de la pompe à protons).

Chasse aux sorcières

Est-ce la première preuve d’un durcissement sur le dossier « NS » ? La caisse de Haute-Garonne justifie sa démarche par le « contexte économique actuel […] tendu » et la « vigilance accrue » nécessaire.

Cette argumentaire fait enrager le Dr Garrigou-Grandchamp. « Pour un indu supposé de 1 000 euros, la caisse va dépenser 2 500 euros pour réunir une commission d’une dizaine de personnes indemnisées 250 euros chacune. On marche sur la tête ! »

La FMF estime que la procédure choisie pour contrôler les prescriptions n’est pas conforme aux codes de la santé publique et de la Sécurité sociale. Le syndicat accompagnera les médecins dans cette nouvelle bataille.

500 médecins sous surveillance

Jointe par « le Quotidien », la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) précise que 50 médecins ont été rappelés à l’ordre pour leur usage excessif du non substituable (avec avertissement sans frais sur le risque de pénalité), confirmant une information du « Figaro » daté du 13 mai.

Environ 500 médecins, ajoute la CNAM, font l’objet de contrôles approfondis sur leur activité (pour 47 d’entre eux, la procédure a été abandonnée). L’amende de 484 euros pour le praticien de Haute-Garonne sera la première effectivement prononcée si la procédure va à son terme. Selon l’assurance-maladie, l’abus de non substituable, qui empêche la substitution générique, coûte 110 millions d’euros par an à la Sécurité sociale.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 48 Commentaires
 
PHILIPPE G Médecin ou Interne 12.06.2015 à 20h10

« Bien sur que c'est plus facile de ne pas resister aux generiques pas toujours fiables
Cela evite les problemes
Mais la collaboration subventionnee aveugle est dangereuse on a connu des period Lire la suite

Répondre
 
JOEL S Médecin ou Interne 19.05.2015 à 07h17

« J'ai un patient qui a refait des crises d'épilepsie avec un générique du LAMICTAL. C'est objectif et indiscutable. Il en est sans doute de même avec beaucoup de génériques (échec a un traitement ant Lire la suite

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 18.05.2015 à 21h25

« Depuis des années, la mention suivante figure au bas de mes ordonnances: "Délivrer de préférence les médicaments génériques, mais le patient peut refuser en renonçant au tiers-payant". Et la seule Lire la suite

Répondre
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 18.05.2015 à 20h45

« Un médicament générique ne reçoit d'autorisation de mise sur le marché (AMM, comme les princeps) que s'il a fait la preuve de sa bio-équivalence. Ce n'est pas juste vaguement la même composition ave Lire la suite

Répondre
 
HELENE J Médecin ou Interne 18.05.2015 à 13h04

« Et pourquoi retirer l'effet placebo de la prescription médicale? et qui de l'effet nocebo de différents médicaments génériques vendus à grand coup de pub sur les médias non spécialisés ? Concernant Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter