Isotrétinoïne orale pour l’acné : la prescription initiale réservée aux dermatologues

Isotrétinoïne orale pour l’acné : la prescription initiale réservée aux dermatologues

15.05.2015
  • Isotrétinoïne orale pour l’acné : la prescription initiale réservée aux dermatologues - 1

Face aux fréquents non-respects des restrictions de prescription, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de restreindre aux seuls dermatologues la prescription initiale de l’isotrétinoïne orale pour le traitement de l’acné sévère.

L’isotrétinoïne est un dérivé de la vitamine A, indiqué en deuxième intention pour le traitement de l’acné nodulaire, acné conglobata, ou toute autre forme d’acné risquant de provoquer des cicatrices permanentes. Son utilisation n’est conseillée que lorsque les traitements de première ligne – antibiotiques systémiques et traitements topiques – se sont révélés inefficaces.

Les inquiétants résultats des études de l’assurance-maladie

En raison de son caractère tératogène, l’isotrétinoïne orale est déconseillée aux femmes en âge de procréer, sauf si les conditions du programme de prévention des grossesses, en place depuis 1997, sont remplies. Ce programme de prévention a été renforcé au court du temps, et prévoit la réalisation d’un test de grossesse en laboratoire avec résultat négatif dans les trois jours précédant chaque prescription, et 5 semaines après la fin du traitement, des ordonnances limitées à un mois de traitement, et la remise d’un carnet-patiente devant être vérifié avant toute délivrance du médicament. Les patientes doivent en outre être informées des risques liés au traitement, signer un accord de soins, et s’engager à suivre une contraception tout le long du traitement.

Une étude menée entre 2007 et 2013 par l’assurance-maladie a mis en évidence un non-respect de ces règles dans 1 prescription d’Isotrétinoïne orale sur 2. Une autre étude menée à la même période met en évidence qu’un test de grossesse n’est réalisé que dans 2 cas sur 3. Par ailleurs 68 % des patientes n’avaient pas réalisé de test de grossesse mensuel au cours du traitement, et 86 % n’ont pas fait de test à l’arrêt du traitement.

Un courrier de liaison entre médecin traitant et dermatologue

Si la prescription initiale est désormais réservée aux dermatologues, les médecins généralistes et les autres spécialistes pourront effectuer des renouvellements de prescription. L’ANSM mettra d’ailleurs en ligne, au cours de l’année 2015, de nouveaux outils pour minimiser les risques liés aux prescriptions d’isotrétinoïne orale, et notamment un guide du médecin comprenant un courrier de liaison entre le dermatologue et le médecin traitant pour l’informer de la mise sous traitement du patient.

Le guide contiendra aussi un outil d’aide au dialogue entre le prescripteur et le patient concernant le risque potentiel de troubles psychiatriques.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
fawzia b Médecin ou Interne 19.05.2015 à 07h32

« Moi je pense que le généraliste connait mieux ces malades. »

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 18.05.2015 à 21h09

« La première étude indiquait que les grossesses exposées au Roaccutane était du fait ....de dermatologues !! Mais l'ANSM, ne voyant pas plus loin que le bout de son nez, prend une fois de plus une dé Lire la suite

Répondre
 
BERNARD G Médecin ou Interne 16.05.2015 à 18h10

« J'en ai prescrit avant les dermatos. J'ai toujours respecté scrupuleusement les règles de prescriptions et même stoppé certains traitement. J'ai respecté non seulement les règles de prescription, ma Lire la suite

Répondre
 
Christophe M Médecin ou Interne 16.05.2015 à 13h08

« Le médecin généraliste est le médecin traitant du patient et le professionnel pivot de la coordination. De là il se doit d'orienter vers les spécialités dont il n'est pas spécialiste. Le MT devrait Lire la suite

Répondre
 
Dd Médecin ou Interne 16.05.2015 à 14h31

« C'est vraiment un commentaire nul ! »

Répondre
 
Dd Médecin ou Interne 16.05.2015 à 14h34

« Le jour où la médecine générale ressemblera à ce que vous dites, vous n'aurez plus de médecin généraliste ... »

Répondre
 
ALAIN D Médecin ou Interne 15.05.2015 à 20h22

« Le carnet de suivi est largement suffisant. Je commence à en avoir sérieusement marre de ces gens de l'ANSM qui ne pensent qu'à se couvrir. Un généraliste traitera aussi bien l'acné sévère qu'un de Lire la suite

Répondre
 
Nicolas H Médecin ou Interne 16.05.2015 à 11h43

« Oui le généraliste est spécialiste en tout c'est bien connu. Quelle suffisance et quel mépris pour vos confrères spécialistes. Je suis dermato et d'expérience personnelle l'acné est très mal gérée p Lire la suite

Répondre
 
Dd Médecin ou Interne 16.05.2015 à 14h38

« Il n'y a aucun mépris a dire que nous pouvons gérer un traitement ... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 46

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter