Téléphone volé par un patient, un médecin raconte sa mésaventure

Téléphone volé par un patient, un médecin raconte sa mésaventure

Stéphane Long
| 09.05.2015
  • Téléphone volé par un patient, un médecin raconte sa mésaventure-1
La relation médecin-patient n’est pas un long fleuve tranquille. L’histoire racontée par ce généraliste des Pays de la Loire, victime du vol de son téléphone mobile, en est une illustration.

Fin avril, le médecin réalise un soir que son téléphone a disparu. Après quelques recherches infructueuses, il consulte le service de géolocalisation à distance de son mobile afin de le repérer. Coup de chance, le téléphone est allumé, connecté au réseau et localisable. Verdict : l’appareil n’est pas au cabinet du médecin, ni à son domicile, mais dans une autre maison... chez un patient !

Le médecin suspecte un vol. Il porte plainte à la gendarmerie et indique la dernière localisation du téléphone, au domicile de son patient. « Je n’ai pas eu le choix. C’est la procédure demandée par les opérateurs pour bloquer le mobile », explique au « Quotidien » le praticien. Le vol de cet outil de travail n’est pas anodin pour un professionnel de santé. « Je m’en sers pour stocker des données personnelles, gérer tous mes patients… C’est un problème de savoir qu’il est dans la nature », souligne-t-il.

Il n’a d’ailleurs pas attendu que son opérateur agisse pour prendre des mesures radicales et empêcher quiconque de fureter dans l’appareil. « J’ai tout de suite bloqué le mobile et effacé la mémoire à distance », une possibilité disponible sur la plupart des smartphones dont le service de localisation a été activé (Android, iOS, Windows phone).

Vols d'ordonnances, de tampons, de portefeuille ou de sacoche...

Le médecin a-t-il été tenté de contacter directement son patient ? « Je n’en avais pas vraiment envie. Chacun son boulot. C’est à la police ou à la gendarmerie d’agir dans un cas comme celui-ci », répond le généraliste, qui ajoute qu’il n’a pas été surpris outre mesure qu’un patient puisse lui avoir dérobé un objet personnel.

« Ça m’est déjà arrivé par le passé... confie-t-il au « Quotidien ». Ce sont généralement des gens qu’on ne connaît pas. Une fois, les patients sont arrivés à plusieurs et l’un d’eux a tenté de me voler des espèces pendant que j’examinais leur enfant. Heureusement, je m’en suis aperçu ! »

Sur Twitter, quelques professionnels de santé témoignent eux aussi de mauvaises expériences. Ce remplaçant qui s’est fait volé 50 euros en espèce, cette aide-soignante qui s'est fait dérober son téléphone à l’hôpital...

Ces situations ne sont pas si rares à en croire les statistiques de l’Ordre. Près de 20% des incidents déclarés par les médecins en 2014 relevaient d’un vol : généralement des ordonnances, des tampons professionnels, portefeuille, sacoche, ordinateur, argent liquide, carte bancaire…

Le médecin ne s’attend pas à ce que ce patient, occasionnel, remette les pieds dans son cabinet, mais « s’il revenait, je lui dirais que je ne tiens plus du tout à le voir compte tenu de ce qu’il a fait », précise-t-il.

Au passage, le généraliste pointe du doigt une anomalie dans la relation du médecin traitant avec son patient : « Un malade peut changer de médecin traitant plusieurs fois par jour, mais un médecin, lui, ne peut pas rompre le contrat. » Selon lui, il n’y a aucun moyen de faire cesser cette relation. « On peut être tenu responsable d’un mauvais traitement pour un patient qu’on ne voit plus depuis des années », regrette le généraliste. 
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 50 Commentaires
 
VIRGINIE M Etudiant en santé 19.05.2015 à 03h07

« On nous a volé 2 fois en 8 ans la CUVETTE DES TOILETTES (plastique blanc le plus bas de gamme possible).
Le savon, je ne compte plus, nous avons arrêté d'en mettre au grand dam de l'éducation à l'h Lire la suite

Répondre
 
Philippe H Médecin ou Interne 11.05.2015 à 12h04

« L'article 29 du CdD permet de rompre les relations avec un patient. Il faut par contre transmettre copie du dossier au médecin désigné par le patient. Et en garder une copie car des patients qui néc Lire la suite

Répondre
 
FRANCOISE D Médecin ou Interne 11.05.2015 à 11h52

« Je rajouterai pour la petite histoire : vol de poisson rouge. »

Répondre
 
FRANÇOIS M Médecin ou Interne 11.05.2015 à 06h56

« En ce qui me concerne : vol d'une montre au bloc obstétrical par une patiente qui venait accoucher... époque formidable ! »

Répondre
 
FRANCK B Médecin ou Interne 11.05.2015 à 02h12

« Pas d'accord : un médecin peux rompre le contrat médecin traitant. Je l'ai fait plusieurs fois. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 7

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter