La méditation en pleine conscience fait aussi bien que les antidépresseurs pour prévenir les récidives

La méditation en pleine conscience fait aussi bien que les antidépresseurs pour prévenir les récidives

23.04.2015

Plus qu’une thérapie en vogue parmi d’autres, la méditation en pleine conscience fait son entrée dans la prise en charge conventionnelle de la dépression majeure. Selon une étude britannique publiée dans le « Lancet », cette psychothérapie fait aussi bien, – mais pas mieux –, que le traitement médicamenteux par antidépresseurs pour éviter les rechutes.

Pour le Pr Richard Byng, de la Plymouth University Peninsula Schools of Medicine et co-auteur, la méthode s’adresse en particulier « aux sujets qui ne veulent pas rester avec des médicaments sur une période indéfinie ou qui ne tolèrent pas bien les effets secondaires ». En l’absence de prévention secondaire, le risque de récurrence ou de rechute de la maladie dépressive (au moins 3 épisodes majeurs) est élevé, de l’ordre de 80 % dans les 2 ans.

Un investissement personnel nécessaire

En pratique, la faisabilité de cette « alternative » se défend avec un coût socio-économique équivalent voire moindre, selon une analyse réalisée dans l’étude. Cette psychothérapie repose tout à la fois sur des sessions de groupe et du travail personnel par des exercices à domicile. Dans l’étude, le protocole comprenait huit séances collectives de 2 heures 15, à raison d’une par semaine de façon consécutive, puis, l’année suivante, 4 séances de rappel étaient proposées environ tous les 3 mois.

Mené au total chez 424 patients ayant déjà eu au moins 3 épisodes dépressifs majeurs, l’essai randomisé PREVENT (212 sujets dans chaque groupe) a montré qu’il n’y avait pas plus de récidives à 2 ans dans le groupe traité par méditation (44 % de rechutes) que dans celui traité par médicaments seuls (47 % de rechutes). Dans le groupe méditation, 29 participants avaient réduit le traitement antidépresseur (17 %), 124 les avaient arrêtés (71 %) et seuls 23 (13 %) avaient gardé le même dosage de médicaments. Cinq effets secondaires graves sont survenus au cours de l’essai PREVENT, dont deux décès dans chacun des deux groupes.

Apprendre à se détacher du ressenti négatif

La méditation en pleine conscience vise à « apprendre (aux gens) à devenir plus à l’écoute de leurs sensations corporelles, de leurs pensées, et de leurs sentiments lors des rechutes et récurrences dépressives et de se connecter à ces expériences de manière constructive », expliquent les auteurs. Roger Mulder, de l’université d’Otago en Nouvelle-Zélande explique dans un éditorial que la méthode « apprend aux gens qui ont eu une dépression que les sentiments et pensées négatives vont revenir et que, plutôt que se faire du souci et ruminer ces expériences, il est possible d’en prendre conscience et de s’en dégager ». En France, plusieurs ouvrages de développement personnel ont été publiés à ce sujet, notamment par le psychiatre Christophe André, de l’hôpital Sainte-Anne (Paris), aussi respecté de ses pairs que recherché des médias et estimé de son public.

La méditation en pleine conscience semble offrir le même degré de protection, – une réduction de moitié du risque de rechute – et se positionne en alternative sérieuse aux médicaments pour les sujets volontaires et motivés. Mais ce n’est pas tout, il semblerait que la méthode « apporte le plus de bénéfices aux individus ayant le risque le plus élevé ». Pour les auteurs, cela sous-tend l’idée qu’il faudrait la leur réserver et proposer aux moins vulnérables des thérapies moins coûteuses et moins exigeantes en terme d’investissement personnel, comme la psycho-éducation ou les antidépresseurs. D’autres freinent moins leur enthousiasme, comme c’est le cas de Roger Mulder : « Il faudrait sans doute proposer la méditation en pleine conscience à tous les patients ayant des épisodes dépressifs répétés. »

The Lancet, publié le 21 avril 2015
Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Artémidore Médecin ou Interne 24.04.2015 à 11h29

« Un peu ésotérique tout de même ce terme de "pleine conscience"… L'obscurantisme a encore de beaux jours devant lui avec la caution de la science auquel il a su s'adapter, mais heureusement sous une Lire la suite

Répondre
 
JEAN B Médecin ou Interne 24.04.2015 à 09h17

« Intéresse toi à moi, sous quelque forme que ce soit, et j'irai mieux ! »

Répondre
 
T Médecin ou Interne 24.04.2015 à 00h08

« Laissez moi deviner. La méditation n'est pas remboursée par les contrats low cost aka "responsables" en novlangue ? »

Répondre
 
JACQUELINE C Autre Professionnel Santé 23.04.2015 à 21h14

« Comme ecrit, le groupe meditation a arrete les antidepresseurs dans 71 % des cas et ne les a garde a meme dose que ds 13% des cas... dc ce n est pas si rikiki.. »

Répondre
 
Jacques p Presse/média 23.04.2015 à 21h06

« Et si la "méditation en pleine conscience" et les antidépresseurs étaient tous deux d'aussi bons placebos que l'acupuncture, les cures thermales ou l'homéopathie pour traiter les états dépressifs l Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter