L’ANSES met en garde contre la consommation d’insectes

L’ANSES met en garde contre la consommation d’insectes

09.04.2015
  • L’ANSES met en garde contre la consommation d’insectes  - 1

Petits criquets frits aux graines de sésame, tarentules sautées au beurre persillé et à l’ail… l’alimentation à base d’insectes, dont certaines populations raffolent déjà en Afrique, en Asie ou en Amérique latine, pourrait se banaliser au cours des prochaines décennies.

Pour relever le défi de nourrir la planète en 2030, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est en effet prononcée en faveur du développement de l’élevage d’insectes à grande échelle – élevage qui aurait un moindre impact écologique, aux dires de la FAO.

Face à l’engouement des Européens pour cette alimentation exotique, louée pour sa richesse en protéines et en vitamine, et face au nombre croissant de projets industriels et de recherche dans ce secteur naissant, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) appelle à la vigilance. Après avoir mené un état des lieux des connaissances scientifiques sur les risques sanitaires liés à l’entomophagie mais aussi à l’élevage et la production d’insectes pour l’alimentation, l’ANSES publie son premier avis sur le sujet.

Gare aux allergènes !

L’institution souligne les dangers liés aux substances chimiques (comme les venins), physiques (les dards, les rostres…), aux allergènes, parasites, virus et autres substances peu explorées mais possiblement présentes dans ces nouvelles gourmandises. « En attendant la mise en place de normes spécifiques et d’un encadrement adapté, l’ANSES recommande la prudence aux consommateurs présentant des prédispositions aux allergies », souligne-t-elle, rappelant que certains insectes partagent avec les mollusques, les crustacés et les acariens, des substances allergisantes auxquelles de nombreuses personnes sont sensibles.

Elle préconise d’établir des listes des différentes espèces et stades de développement d’insectes pouvant, ou non, être consommé ; d’explorer la question du bien-être animal dans le cadre de leur élevage ; de définir un encadrement spécifique des conditions d’élevage et de production des insectes et de leurs produits, pour garantir la maîtrise des risques sanitaires.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
DIMITRI C Médecin ou Interne 14.04.2015 à 00h37

« Ce type d'alimentation est courant en Asie en Chine notamment. Dispose-t-on de communications concernant les allergies sur ce sujet ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Risques psychosociaux : les internes jugeront sur pièces le plan Touraine...  et lancent une enquête

internes

Le plan d'action pour améliorer la qualité de vie au travail des médecins et des soignants hospitaliers, présenté lundi dernier par Marisol... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 3

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter