CARMAT : 8 mois après l’intervention, le deuxième patient

CARMAT : 8 mois après l’intervention, le deuxième patient

07.04.2015
  • CARMAT : 8 mois après l’intervention, le deuxième patient - 1

Huit mois après avoir été implanté, le deuxième patient à avoir bénéficié du cœur artificiel CARMAT s’est longuement confié au « Journal du dimanche » qui avait été aussi le premier media à recevoir les confidences du Pr Alain Carpentier après la première intervention qui avait finalement abouti au décès du patient alors âgé de 76 ans au bout de 74 jours.

L’homme de 69 ans, qui préfère rester anonyme, dit « avoir tout à fait récupéré ». Opéré le 5 août 2014 à Nantes, il est rentré chez lui le 2 janvier. Les premiers résultats faisaient déjà mention d’une réussite « spectaculaire ». « Je marche, je me lève et je me penche dix à quinze fois chaque jour, sans problème. Je garde mon équilibre. Je ne suis pas dérangé. Je n’y pense même pas. Je fais comme autrefois », raconte le patient, un ancien commercial père de deux enfants et quatre fois grand-père. « En fait, pratiquement dès le jour où j’ai été opéré je me suis senti revivre. C’était assez formidable car j’ai senti tout de suite une clarté de réflexion plus nette. Tout reprenait vie », poursuit-il dans ce long entretien.

Autonomie de 4 à 6 heures

Le nouveau cœur, qui fonctionne avec des batteries, « on arrive à l’oublier facilement », explique le patient. Toutefois, « il ne faut pas oublier de charger les batteries », précise-t-il « Pour cela je tiens un tableau dans lequel je note les heures et les changements, pour vérifier qu’elles tiennent comme il faut. Ce n’est pas compliqué », indique cet homme qui reste l’objet d’un suivi médical régulier avec un rendez-vous hebdomadaire à l’hôpital.

Le Pr Daniel Duveau, le chirurgien qui a réalisé l’opération au CHU de Nantes, a précisé sur BFMTV que le dispositif permet « une autonomie entre 4 et 6 heures ». Il explique aussi leur surprise lors d’une visite : « Nous lui avions bien sûr, prescrit de faire du vélo, d’appartement pour sa rééducation mais il nous a regardés en souriant : "vous dites vélo d’appartement, mais non, je fais du vrai vélo" en ajoutant quand même : "je fais attention dans les côtes". » Le patient qui est suivi une fois par semaine précise que son traitement actuel comprend 3 médicaments par jour dont un anticoagilant et un diurétique. En dehors du suivi médical qui devrait s’assouplir (une visite tous les 15 jours puis une tous les mois), le patient reçoit régulièrement la visite des ingénieurs de CARMAT. « Quatre personnes de CARMAT viennent à tour de rôle et notent mes remarques. Ils sont très à l’écoute. Je leur ai fait une suggestion : fabriquer une sacoche plus grande pour les batteries et un sac à dos pour libérer les mains. Ce serait bien pour bricoler », explique-t-il.

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
Michel A Médecin ou Interne 08.04.2015 à 19h53

« Bravo au Pr A. CARPENTIER et Daniel DUVEAU et à toutes les équipes du CHU de Nantes ( chirurgie thoracique, réanimation, immunologie) qui sont récompensés par la survie de ce patient. »

Répondre
 
Renaud P Médecin ou Interne 08.04.2015 à 11h08

« Epatant ! Et moins contraignant qu'une greffe, quand même ! »

Répondre
 
XAVIER B Médecin ou Interne 08.04.2015 à 09h02

« A part les batteries, ça ressemble au vécu des premiers greffés ... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 10

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter