Contre la loi de santé, les médecins lancent une journée « santé morte », mouvement symbolique et unitaire

Contre la loi de santé, les médecins lancent une journée « santé morte », mouvement symbolique et unitaire

Sophie Martos
| 30.03.2015
  • Contre la loi de santé, les médecins lancent une journée « santé morte », mouvement symbolique et unitaire - 1

Les médecins ne lâcheront rien. Alors que les députés démarrent ce mardi 31 mars l’examen en séance publique du projet de loi de santé de Marisol Touraine, les syndicats médicaux sont sur le pied de guerre. Après la manifestation du dimanche 15 mars qui avait rassemblé entre 19 000  et 50 000 professionnels de santé à Paris, plusieurs syndicats appellent à une nouvelle journée de grève, ce mardi 31 mars, contre le projet de loi de santé.

Cette journée « santé morte » débute dès ce lundi soir. « Nous avons lancé un appel à la grève de permanence des soins et à la fermeture des cabinets dès ce lundi soir 20 heures jusqu’à mercredi 8 heures », explique le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF.

Furieux que Marisol Touraine ait annulé sa venue au Congrès de la médecine générale et que le projet de loi examiné au Palais-Bourbon ne comprenne pour l’heure aucune proposition du récent rapport Druais, MG France a également appelé les généralistes à fermer les cabinets « tout ou partie de la journée », à coller des affiches dans les salles d’attente et à faire signer des pétitions à leurs patients. Le Dr Claude Leicher, président de MG France, insiste sur le côté unitaire de cette journée de contestation. « C’est un mouvement de tous les syndicats ensemble », déclare le patron du syndicat de généralistes. Réunie en assemblée générale, la FMF a aussi décidé de durcir le ton. Elle invite les médecins à ouvrir leurs cabinets 35 heures par semaine, et à appliquer des DE en dehors de ces horaires d’ouverture. Le syndicat maintient son mot d’ordre de grève de télétransmission et des téléservices et appelle à poursuivre la grève des gardes.

Mouvement symbolique

Ce mardi 31 mars, les syndicats médicaux ont très largement prévu de communiquer sur les raisons de leur colère. Les organisations représentatives (CSMF, MG France, SML, FMF, BLOC) et les internes de médecine générale (ISNAR-IMG) vont réaffirmer à 10 heures leurs positions communes contre le projet de loi. Une heure plus tard, les 45 syndicats des professions de santé membres du mouvement pour la santé de tous se rassembleront derrière l’Assemblée nationale pour « mettre la pression » sur les parlementaires. Ce rassemblement citoyen baptisé « Tous enfants d’Hippocrate » est initié par l’Union française pour la médecine libre (UFML), qui a installé une « tente chauffée » pour dialoguer avec les parlementaires prêts à débattre. Le rassemblement ne sera pas une démonstration de force mais à une « volonté de dire les choses ensemble, analyse le Dr Philippe Cuq, coprésident du BLOC. Ce sera une représentation, un mouvement symbolique de chaque syndicat, de chaque spécialité, pour démontrer que le combat continue. »

Des points de blocages majeurs

Déja examiné par les députés en commission des affaires sociales, le texte a fait l’objet d’aménagements considérés comme insuffisants par les médecins. « Des éléments inacceptables persistent, souligne le Dr Jean-Paul Ortiz. Nous en appelons à la responsabilité des parlementaires pour amender nettement ce projet de loi. » Outre la généralisation du tiers payant qui deviendra un droit pour tous les patients d’ici à la fin 2017, la refondation du service public hospitalier (et l’interdiction du secteur II pour les cliniques) constitue également un point de blocage majeur. D’autres problèmes sont à régler, selon le BLOC. « Le volet prévention, on passe à côté, le volet organisation des soins de proximité, on passe à côté et le virage ambulatoire, on ne le prend pas », indique le Dr Cuq.

Une délégation de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) sera également présente pour soutenir les médecins libéraux contre la loi de santé. « Lorsqu’une loi fait à ce point l’unanimité contre elle, qu’elle soulève une opposition constante et résolue de la part de l’ensemble du monde médical et des professions de santé, un gouvernement et une majorité qui ne bénéficient plus de la confiance du pays devraient se poser la question de la nécessité d’un passage en force », déclare Lamine Gharbi, président de la FHP.

Le projet de loi de santé doit être discuté pendant deux semaines dans l’Hémicycle, avant un vote, prévu le 14 avril.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 17 Commentaires
 
avatar Médecin ou Interne 01.04.2015 à 09h21

« LE PAYEUR EST LE DECIDEUR, donc le choix imposé des prescriptions arrive, avec l'augmentation des cotisations des mutuelles, l'arrivée des assurances, ayant accès aux données de santé pour établir l Lire la suite

Répondre
 
RENE C Médecin ou Interne 31.03.2015 à 19h08

« Un médecin digne de ce nom ne peut accepter ces projets scélérats, au risque de perdre tout respect et considération à terme.
NON et encore NON à la russification (façon CCCP...) de notre activité Lire la suite

Répondre
 
VERONIQUE V Médecin ou Interne 31.03.2015 à 12h20

« Effectivement sans télétransmission pas de tiers payant possible , donc pas sans notre participation active et volontaire ! »

Répondre
 
herv? e Médecin ou Interne 31.03.2015 à 11h42

« Hollande pense t'il réellement redorer son blason par cette loi démagogique et dogmatique ?
Ta médecine générale souffre entends la !!!!!!!!!!
C'est un métier passion que l'on détruit par meconnai Lire la suite

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 31.03.2015 à 09h34

« Hum, il est vrai que cette télétransmission repose au départ sur un dispositif piégeant. Les médecins se sont vu taxer autoritairement de dix mille francs de l’époque au nom de la cause de la modern Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... Commenter

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter