RTU du baclofène : les plus gros prescripteurs sont les généralistes mais les modalités ne sont pas respectées

RTU du baclofène : les plus gros prescripteurs sont les généralistes mais les modalités ne sont pas respectées

24.03.2015
  • RTU du baclofène : les plus gros prescripteurs sont les généralistes mais les modalités ne sont pas respectées - 1

L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de publier les données collectées au cours des six premiers mois de la RTU du baclofène, entre le 14 mars et le 16 septembre 2014.

Selon ces premières données, 74 % des patients nouvellement traités ont vu leur score de craving baisser, de même que 45 % des patients déjà traités avant le début de la RTU. La diminution moyenne de la consommation journalière d’alcool est de 56 g/j chez les patients en initiation de traitement et de 15 g/j chez ceux déjà traités.

Un peu plus de 5 000 patients enregistrés

Un autre chiffre frappant concerne le relativement petit nombre de patients enregistrés dans le portail électronique dédié à la RTU. Au 20 mars 2015, un peu plus de 5 000 patients ont été signalés, ce qui « semble très faible au regard de l’estimation de l’ensemble des patients traités par le baclofène dans l’alcoolodépendance », juge l’ANSM.

Seulement 57 % des 3 750 patients enregistrés au cours des six premiers mois, par 679 médecins, ont effectué leur deuxième visite de suivi. Les médecins généralistes forment les plus gros bataillons des prescripteurs de baclofène (45 %). Les autres gros prescripteurs sont les médecins addictologues (32 %) et les psychiatres (13 %).

Une mise au point nécessaire

Contactée par le « Quotidien du Médecin », l’ANSM a estimé qu’une mise au point sur les modalités de prescription était nécessaire car elles sont mal suivies par les médecins. C’est pourquoi l’agence les précise dans sa communication.

L’ANSM rappelle donc que la posologie initiale du baclofène est de 15 mg par jour pendant 2 à 3 jours suivi d’une augmentation progressive de la dose jusqu’à une obtention d’une réponse clinique. Au-delà de 120 mg/j, un deuxième avis d’un collègue expérimenté est nécessaire, et au-delà de 180 mg/j, c’est l’avis collégial d’un CSAPA qui devient nécessaire. Afin d’assurer la prise en charge du médicament par l’Assurance-maladie, les prescriptions doivent en outre porter la mention « prescription sous RTU ».

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
Artémidore Médecin ou Interne 24.03.2015 à 22h55

« Ces RTU n'ont pas de sens. Soit on donne l'AMM, soit on ne la donne pas ; mais qu'on ne nous emm… avec des fiches à remplir et des sites à alimenter…. En outre, ces RTU sont trop restrictives, notam Lire la suite

Répondre
 
René L. médecin. Médecin ou Interne 04.04.2015 à 09h37

« Cher Confrère,
Votre commentaire m'inspire e nombreuses réflexions,
Avant de donner l'AMM, quelles études prendre en compte ?
Si un protocole peut être mis en oeuvre pour tester en population, c Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 24.03.2015 à 18h03

« Vilains généralistes qui veulent soigner leurs anciens patients malades de l'alcool, les connaissant depuis si longtemps, malgré toutes les vaines tentatives de sevrage; ne comprennent-ils pas que l Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
FILLON

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'élection présidentielle détaille sa contre-attaque sur le terrain de la santé. Il reproche au gouvernement d'avoir voulu imposer aux médecins le tiers payant – dont il supprimera, s'il est élu, le caractère obligatoire. Entretien. 14

À Saint-Lunaire, branle-bas de combat pour remplacer un généraliste

st lunaire

À Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine), station balnéaire près de Dinard, la prochaine saison touristique donne des sueurs froides à la mairie. L... 1

Les décotes tarifaires unilatérales ne passent pasLes radiologues prêts au bras de fer avec la CNAM Abonné

radiologue

Furieux de l'entrée en vigueur de nouvelles baisses de tarifs et des forfaits techniques imposées par l'assurance-maladie, les radiologues... 4

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter