« Tiers payant pas opportun », « destruction d’emplois » : le MEDEF tire à vue sur la loi de santé

« Tiers payant pas opportun », « destruction d’emplois » : le MEDEF tire à vue sur la loi de santé

17.03.2015

Le MEDEF a exprimé ce mardi de vives critiques contre le projet de loi de santé, lors de sa conférence de presse mensuelle. À quelques heures de l’examen de cette réforme en commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale, puis en séance plénière du 31 mars au 10 avril, l’organisation patronale a fustigé la méthode du gouvernement et sa « totale absence d’ambition et de vision ».

« Nous ne comprenons absolument pas cette loi qui va à l’encontre de ce que le gouvernement promeut et doit faire depuis des mois, a déclaré Pierre Gattaz, président du MEDEF. Les conséquences de la loi santé, si elle va jusqu’au bout, seraient un système plus coûteux, plus complexe, une augmentation des dépenses publiques et in fine une probable destruction d’emplois. »

« La soutenabilité financière du système n’est pas assurée aujourd’hui et encore moins demain », poursuit le patron des patrons, qui observe que l’ONDAM [objectif national de dépenses d’assurance-maladie] continue de progresser plus vite que le PIB.

Crainte des actions de groupe

La généralisation du tiers payant n’est pas jugée « opportune » par le MEDEF. « Elle va coûter cher sans répondre à une nécessité », a fustigé Pierre Gattaz, car « des dispositifs existent pour protéger les plus démunis ».

De même, la possibilité d’actions de groupe dans le domaine de la santé est perçue comme un « signal très négatif porté à l’innovation », étant « source d’hyperjudiciarisation ». Le patronat considère cette réforme « prématurée » en l’absence d’étude préalable.

Rappelant que l’hôpital public concentre 37 % des dépenses de santé en France, le MEDEF a apporté son soutien aux cliniques privées qui s’estiment toujours pénalisées par la refondation du service public hospitalier (et l’interdiction de dépassement d’honoraires dans ce cadre). « Les cliniques représentent 25 % de l’offre, 34 % de l’activité mais ne touchent que 17 % des financements. Leurs tarifs sont 22 % moins élevés que dans le public mais le projet de loi les pénalise encore », a argumenté Pierre Gattaz. Le président du MEDEF demande que le secteur privé de la santé soit « pris en considération à son juste poids dans l’économie » française.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Nicolas H Médecin ou Interne 18.03.2015 à 17h22

« Bien sûr les mutuelles vont venir taxer directement les entreprises grâce à cette obligation de mutuelle. Encore un frein si c'était possible d'en rajouter »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 17.03.2015 à 20h17

« Le Medef ne serait il pas sur la meme longueur d'onde que les assurances privées et les sociétés financières... Ou bien a t il calculé comment l'argent allait circuler, sachant que ce sont les empl Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 3

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter