Dépendance à l’alcool : 85 % des buveurs actuels déclarent ne bénéficier d’aucun accompagnement

Dépendance à l’alcool : 85 % des buveurs actuels déclarent ne bénéficier d’aucun accompagnement

17.03.2015
  • Dépendance à l’alcool : 85 % des buveurs actuels déclarent ne bénéficier d’aucun accompagnement - 1

Les patients dépendants à l’alcool ne se sentent pas assez pris en charge, selon le sondage miroir commandé à Opinion Way par le laboratoire Lundbeck, et mené auprès de 91 médecins généralistes d’une part, et sur 1 940 personnes non-médecin d’autre part, dont 532 ont ou ont eu un problème avec l’alcool.

Selon cette enquête, 85 % des buveurs actuels déclarent ne bénéficier d’aucun accompagnement et seuls 3 % d’entre eux se sont vu prescrire un médicament.

Un sujet tabou pour 60 % des médecins

Parmi les personnes qui ont souffert de dépendance à l’alcool dans le passé, 77 % n’ont bénéficié d’aucun accompagnement, et seuls 5 % se sont vu prescrire un médicament. Le sondage révèle cependant que la dépendance à l’alcool est désormais bien considérée comme une pathologie : 89 % des patients estiment en effet qu’il s’agit d’une « vraie maladie », même si 74 % d’entre eux déplorent un manque d’information sur le sujet. L’alcool reste pourtant un sujet tabou pour 60 % des médecins généralistes interrogés, tandis que 80 % des patients pensent qu’il n’est pas du tout possible d’en parler avec son médecin. La conséquence de ce dialogue difficile est que seulement 15 % des patients actuels et 16 % des patients anciennement concernés se sont adressés à un médecin généraliste. De plus, 44 % des patients dépendant à l’alcool ont affirmé avoir attendu entre 2 et 5 ans avant de solliciter de l’aide. La plupart d’entre eux ne l’ont fait que lorsque la consommation d’alcool commençait à avoir un retentissement sur leur vie quotidienne ou leur santé.

25 000 à 30 000 prescriptions de nalméfène

Le laboratoire Lundbeck a également donné les premières estimations de la dispensation de son médicament, le Selincro (nalméfène), disponible depuis septembre. « Nous ne disposons pas encore de chiffres très précis, explique Nicolas Giraud, directeur général de Lundbeck France, mais nous savons qu’une prescription de Selincro a été faite à entre 25 000 et 30 000 patients, en majorité par des spécialistes. Nous savons aussi que les patients qui prennent du Selincro consommaient en moyenne 10 verres par jour avec plus de 22 épisodes de consommation aiguë par mois. »

Selon une évaluation de la HAS, environ 280 000 patients entrent dans les indications de prescription du nalméfène : une dépendance à l’alcool avec une consommation de plus de 6 verres par jour qu’ils ne parviennent pas à réduire.

Une évaluation est actuellement en cours sur plus de 1 000 patients prenant du Selincro, menée par Lundbeck et la HAS, afin de confirmer que l’efficacité observée lors des essais cliniques se vérifie « dans la vie réelle » au bout d’un an de suivi.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
CATHERINE D Autre Professionnel Santé 18.03.2015 à 15h38

« Ah bon ? Pourtant, il existe un accompagnement performant et lucratif avec les pubs (cf nbx abris de bus entre autres, prix attractif d'abondantes cargaisons alcoolisées en promo fréquente dès l'ent Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cellules, ADN, exosomes, des indices dans le sang à exploiterComment le matériel tumoral circulant peut révolutionner le cancer Abonné

cancer

La détection du matériel tumoral circulant ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure prise en charge des cancers, plus précoce,... Commenter

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Un conflit médical dégénère et jette le discrédit sur un service de dermatologieAccusations publiques, harcèlement : le CHU de Besançon dans la tourmente Abonné

besancon

Ancien chef de service de dermatologie au CHU de Besançon, le Pr Philippe Humbert a dénoncé des maltraitances présumées envers d'anciens... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter