Service territorial, vaccinations, cliniques : ce qu’il faut retenir des premiers amendements

Service territorial, vaccinations, cliniques : ce qu’il faut retenir des premiers amendements

16.03.2015
  • Assemblée nationale

Promis par Marisol Touraine, les premiers amendements gouvernementaux au projet de loi de santé, que « le Quotidien » s’est procuré, apportent quelques modifications au texte sur plusieurs points conflictuels.

Le projet de loi entame son parcours parlementaire ce mardi en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Le service territorial de santé au public aux oubliettes

Comme prévu, l’article sur l’organisation des soins de proximité à l’échelon territorial a été totalement revu. Changement de braquet sémantique, la notion de service territorial de santé au public (STSP), qui donnait trop la main aux agences régionales de santé (ARS) aux yeux des médecins, est supprimée.

À la place, le rôle des libéraux du premier recours est reconnu « afin de concourir à la structuration des parcours de santé », notamment pour les patients souffrant d’une maladie chronique, ceux en situation de handicap ou de précarité sociale. Le gouvernement crée des communautés professionnelles territoriales de santé, « fruit de l’initiative de professionnels » organisés en équipes, qui contractualisent avec les ARS – et non l’inverse. La ministre veillera « à ce que les professionnels de santé soient accompagnés par les ARS afin de couvrir la totalité du territoire dans les cinq ans ».

Un autre amendement du gouvernement définit les « fonctions d’appui » aux professionnels pour la coordination autour des patients complexes, c’est-à-dire les moyens déployés par les ARS pour les épauler.

Il s’agit d’assurer « l’assistance logistique ou l’aide médico-sociale ou sociale nécessaire », en complément du soin. C’est au médecin traitant qu’il revient de déclencher l’appui à la coordination, précise l’amendement.

Ces aménagements sont censés répondre à l’inquiétude des médecins d’une « étatisation » du système de santé (volonté dont se défend Marisol Touraine depuis le début).

Service public hospitalier : les dépassements interdits mais...

Bête noire des cliniques, le nouveau service public hospitalier (SPH) ne voit pas ses conditions d’entrée changer. Un amendement gouvernemental maintient l’obligation d’absence de facturation de dépassements d’honoraires. Mais afin de rassurer les cliniques, l’amendement précise qu’il n’existe « aucun lien » entre la délivrance d’autorisations et l’intégration au service public hospitalier (SPH).

Les cliniques disposant d’une activité d’urgences seront associées au service public hospitalier « pour et uniquement pour cette activité spécifique », lit-on. Le rôle des conférences médicales d’établissement dans le processus d’habilitation des cliniques au service public est inscrit dans la loi.

Le pharmacien piqueur... mais expérimental

La notion de « diagnostic » disparaît de l’article sur les pratiques avancées des paramédicaux, qui entérine le métier d’infirmier clinicien. Les pratiques avancées sont encadrées (orientation, éducation, prévention, actes d’évaluation et de conclusion clinique, surveillance...) et le rôle du médecin traitant est réaffirmé en qualité de coordinateur de l’équipe où exerce l’auxiliaire médical en pratique avancée.

Enfin, un amendement propose « à titre expérimental » (pour quatre ans) d’autoriser les pharmaciens à pratiquer « sans prescription médicale » l’injection du vaccin antigrippal (uniquement), à l’exception de la première vaccination. Les modalités sont renvoyées à un décret (y compris les informations que devra transmettre le pharmacien au médecin traitant).

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
YVES R Médecin ou Interne 17.03.2015 à 16h03

« Un peu d'esbrouffe devant les députés et endormir les patients, la mainmise sur les médias et Hop adieu les medecins libéraux et la médecine libérale J'ÉTAIS PRATICIEN LIBÉRAL,
J'ÉTAIS HONORÉ, JE Lire la suite

Répondre
 
T Médecin ou Interne 17.03.2015 à 10h09

« L'article 1 de la loi ne définit pas un droit à la santé, il le crée. Jusque-là, l'Etat était responsable de l'évaluation de la politique, à présent, il l'organise. Il place donc les pratiques et l' Lire la suite

Répondre
 
T Médecin ou Interne 17.03.2015 à 09h58

« Bravo! Allez un petit effort! Déjà, lisez le début.
Changement de paradigme avec l'article 1.
Avec la loi de santé, c'est l'Etat qui devient prescripteur.
Le rendement des complémentaires devient Lire la suite

Répondre
 
17.03.2015 à 01h04

« Rien non plus sur le dossier médicosocial accessible aux financeurs de la santé (mutuelles) !
Le secret médical n'est rien s'il s'agit d'enrichir les mutuelles ! »

Répondre
 
CathL Médecin ou Interne 16.03.2015 à 23h20

« Il s’agit d’assurer « l’assistance logistique ou l’aide médico-sociale ou sociale nécessaire », en complément du soin. C’est au médecin traitant qu’il revient de déclencher l’appui à la coordination Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

BCG, méningocoque, HPV... les recommandations du calendrier vaccinal 2017

calendrier

Le calendrier des vaccinations 2017 vient d'être rendu public ce jour par le ministère chargé de la Santé après avis du Haut Conseil de la... 5

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... 12

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

ROSP

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter