Décès d’un nouveau-né : deux médecins relaxés à Metz

Décès d’un nouveau-né : deux médecins relaxés à Metz

10.03.2015

Un pédiatre et une gynécologue d’une clinique privée de Metz, poursuivis pour homicide involontaire après la mort d’un bébé d’une infection bactérienne en 2005, ont été relaxés mardi et la famille déboutée de ses demandes de dommages et intérêts.

« C’est une immense déception pour les parents (...). Cette décision ne leur permet pas de faire le deuil de leur enfant », a commenté leur avocat, Me Redouane Saoudi, à l’issue du jugement du tribunal correctionnel de Metz, selon des propos rapportés par l’AFP. « Avec la famille, on a décidé d’interjeter appel au civil de cette décision » car « on ne peut pas concevoir qu’il n’y ait pas de suites judiciaires. Les experts ont parlé, cet enfant n’est pas décédé par fatalité », a-t-il ajouté.

Lors de l’audience fin janvier, le ministère public avait requis trois mois de prison et 2 000 euros d’amende à l’encontre des deux médecins. De leur côté, les parents du bébé réclamaient 40 000 euros chacun au titre des intérêts civils et les grands-parents 15 000 euros chacun. Le 4 août 2005, un mois et demi après sa naissance, la petite Lyna mourait d’une infection générale et méningée à streptocoques du groupe B (SGB), maladie dont sa mère avait souffert dans les jours après son accouchement à l’hôpital-clinique Claude-Bernard de Metz.

Libre arbitre des médecins

Différents rapports d’experts médico-légaux avaient conclu à des « négligences » dans la prise en charge de l’enfant, ayant entraîné une « indiscutable perte de chance de survie ». Il était notamment reproché aux deux médecins poursuivis de n’avoir pas suivi des recommandations de l’Anaes, devenue depuis la Haute Autorité de santé, à savoir un dépistage vaginal du SGB sur la mère pendant sa grossesse, ainsi qu’un bilan bactériologique complet du nouveau-né.

Cependant, ces recommandations n’étaient pas impératives mais laissaient « un choix et un libre arbitre aux médecins de faire procéder ou non à tel ou tel examen », a rappelé Me Thomas Hellenbrand, l’avocat de la gynécologue, interrogé mardi par l’AFP.

« Quelle que soit la compassion qu’on peut avoir pour les parties civiles » dans cette affaire, cette décision « fait du bien », a-t-il commenté. Car « la responsabilité médicale, c’est avant tout une responsabilité éventuellement civile (...), ça ne doit pas être le renvoi devant des juridictions répressives, qui doit rester l’exception », a estimé l’avocat. « Si les médecins craignent tous d’être assignés et d’encourir des peines privatives de liberté, un jour il n’y en aura plus », a-t-il souligné.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 6

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter