En France, le déni face aux agressions sexuelles

En France, le déni face aux agressions sexuelles

02.03.2015
  • 1425309399590767_IMG_148826_HR.jpg

En France, 1 femme sur 5 subit des violences sexuelles, mais aussi 1 homme sur 14. Malgré ce bilan glaçant, « le déni et la loi du silence règnent en maîtres ». Ce sont les conclusions d’une enquête ayant évalué l’impact au long terme des violences subies dans l’enfance. Première investigation nationale à donner la parole aux victimes, l’étude réalisée par l’association Mémoire traumatique et victimologie avec le soutien de l’UNICEF France, a interrogé (auto-questionnaire) 1 214 personnes dont 95 % de femmes.

Les enfants sont les plus exposés, et connaissent en général leur agresseur

Selon les résultats, 8 victimes sur 10 rapportent avoir subi les premiers sévices avant leur majorité. Pire, 1 sur 2 l’aurait subi avant l’âge de 11 ans, 1 sur 5… avant l’âge de 6 ans. Dans une majorité écrasante de cas, les agresseurs étaient des proches, voire des membres de la famille (plus de 50 % cas) – parfois eux – mêmes mineurs (1 cas sur 4).

Mais l’agression sexuelle par une personne connue n’est pas l’apanage des mineurs, puisqu’elle concerne également 77 % des victimes ayant subi des violences à l’âge adulte, de la part de supérieurs hiérarchiques, de médecins, de moniteurs d’auto-école… « Le viol qui hante l’imaginaire collectif de nos sociétés patriarcales, celui perpétré sur une jeune femme par un inconnu armé, dans une ruelle sombre ou un parking, est donc loin d’être représentatif de la réalité », dénoncent les auteurs du rapport.

Un impact sur la vie entière

Comme on peut facilement l’imaginer, ces agressions ont un impact sur le restant de la vie des victimes. Non seulement sur leur vie familiale, affective et sexuelle, mais aussi sur leur santé mentale. Les personnes interrogées rapportent être atteintes de trouble de stress post-traumatique (TSPT), de dépression, de troubles addictifs, et 42 % d’entre elles rapportent avoir déjà tenté de se suicider.

Et pourtant, leur droit à bénéficier de soins, d’informations, de protection et de justice leur serait régulièrement dénié. Côté médical : seulement 22 % des victimes interrogées auraient bénéficié d’une prise en charge rapide. Les gestes médicaux n’ont été expliqués qu’à 5 % d’entre elles et 6 % seulement ont reçu des soins pour leur TSPT. Or, on sait désormais que plus la prise en charge est précoce, moins les victimes développeront une mémoire traumatique par la suite.

« Il est urgent que les pouvoirs publics mettent en œuvre les moyens nécessaires pour protéger, accompagner et soigner efficacement toutes les victimes de violences sexuelles afin d’enrayer le cycle infernal des violences », déclare le Dr Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie à l’occasion d’un colloque organisé sur le sujet ce lundi à Paris, dans le cadre de sa campagne Stop au Déni.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
04.03.2015 à 03h51

« L'homme de tout en temps à jamais a chassé, les espaces "vert" se réduisent à grande vitesse, il a trouvé un autre terrain avec des proies faciles et comme elles sont nombreuses il n'a qu'à choisir Lire la suite

Répondre
 
03.03.2015 à 13h42

« Sortons de l'angélisme. »

Répondre
 
02.03.2015 à 20h39

« Ah quelle époque ! " Love and peace" please ! »

Répondre
 
02.03.2015 à 20h17

« Et les gestes gynécologiques sur des patientes endormies ? Cela est une forme de viol, perpétré en toute impunité par le corps médical »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Risques psychosociaux : les internes jugeront sur pièces le plan Touraine...  et lancent une enquête

internes

Le plan d'action pour améliorer la qualité de vie au travail des médecins et des soignants hospitaliers, présenté lundi dernier par Marisol... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 3

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 4

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter