Grippe : Valls et Touraine sont venus constater le « reflux » de l’épidémie à la Pitié-Salpêtrière

Grippe : Valls et Touraine sont venus constater le « reflux » de l’épidémie à la Pitié-Salpêtrière

27.02.2015
  • 1425043919590208_IMG_148655_HR.jpg

Le Premier ministre Manuel Valls et la ministre de la Santé se sont rendus aujourd’hui au service des urgences de la Pitié-Salpêtrière (APHP).

Le Premier ministre a évoqué une « période de reflux », indiquant que l’épidémie est « particulièrement forte cette année, la plus importante de ces cinq dernières années. Quelque 2,5 millions de personnes ont été touchées cet hiver, c’est 500 000 cas nouveaux chaque semaine, donc chacun peut se rendre compte, (...) ce que cela nécessite comme engagement et comme organisation », a déclaré le Premier ministre. Maintenant, « nous sommes en phase de décroissance, plus marquée à Paris qu’elle ne l’est dans certaines régions de province », a déclaré la ministre de la Santé à l’issue de sa visite.

La situation « reste tendue dans certains établissements de province particuliers, a-t-elle ajouté, et donc le plan (Orsan) est toujours en vigueur ». Le 20 février, le gouvernement avait déclenché le plan Orsan d’organisation de l’offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles.

« Au bon moment »

« Nous avons répondu, me semble-t-il, avec la détermination qu’il fallait et au bon moment », a souligné Marisol Touraine répondant à un certain nombre de critiques sur le timing des mesures annoncées. « On adapte les réponses en fonction de ce qu’on observe sur le terrain, a répondu Mme Touraine, qui a rappelé que de premières instructions avaient été données « dès la fin du mois de janvier ».

L’IRSAN qui se base sur des données fournies en temps réel par SOS Médecins, indiquait dans son dernier bulletin que l’épidémie aurait pu être davantage anticipée ce qui aurait permis de « diminuer la surchauffe hospitalière » de la semaine dernière.

Le Dr Patrick Guérin appelait l’Institut national de veille sanitaire à mieux prendre en compte les données de SOS médecins dont il assure la vice-présidence. « La grippe de ville est en phase descendante. L’inquiétude aujourd’hui tient aux pneumopathies et infections respiratoires chez les personnes âgées. Elles surviennent, et c’est classique chaque année, une dizaine de jours après le pic », expliquait-il au « Quotidien ». Les urgentistes de l’AMUF qui ont alerté sur les fortes tensions rencontrées dans les hôpitaux ont estimé eux aussi que la situation a été mal anticipée par les pouvoirs publics.

Dr L. A. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
28.02.2015 à 23h18

« Touraine a réagi trop tardivement car elle est en conflit avec les médecins qu elle ne veut pas écouter
Pas de chance pour elle ni pour les milliers de mort pour l orgueil de Madame
Indigne et trist Lire la suite

Répondre
 
28.02.2015 à 00h22

« Et si ces politocards laissaient les gens bosser tranquilles, au lieu d'aller se montrer pour faire leur pub en dérangeant tout le monde ??? »

Répondre
 
27.02.2015 à 20h20

« La grippe comme la canicule n'est pas une pathologie hospitalière, même si elles permettent aux éminences de prendre l'air, au mépris du danger. »

Répondre
 
27.02.2015 à 17h16

« Quelle suffisance de la part de MST immuable sur son piédestal ! "Ce qu'il faut, et au bon moment ! Ben voyons, c'est tellement sympa de s'autocongratuler ! Quant à parler d'adapter les réponses en Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 57

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter