La cryoconservation pour mettre fin à la pénurie d’organes

La cryoconservation pour mettre fin à la pénurie d’organes

26.02.2015
  • 1424969041589973_IMG_148597_HR.jpg

Mettre fin une fois pour toutes à la pénurie d’organes à greffer – voilà l’objectif on ne peut plus ambitieux que se fixe l’Alliance pour la conservation des organes, qui organise le premier sommet mondial sur le sujet, du 26 au 28 février, dans la Silicon Valley. 150 participants – biologistes, bioingénieurs, chirurgiens mais aussi investisseurs et personnalités politiques – sont attendus pour discuter les dernières avancées en matière de cryoconservation.

« Nous sommes en train de créer une nouvelle discipline », lance avec fierté le Dr Zak Allal, l’un des cofondateurs de l’organisation californienne. « Notre objectif à long terme est de mettre en place des banques pour la conservation d’organes. »

Une carence en organes sans cesse croissante

L’OMS estime à environ 90 000 le nombre de transplantations d’organes effectuées chaque année dans le monde. En France, ce sont 5 123 greffes qui ont été effectuées en 2013 – une hausse de 45 % en 22 ans, rapporte l’Agence de la biomédecine. Le nombre de personnes prélevées a également augmenté, mais le besoin en greffons croît plus rapidement.

Outre le manque de donneurs, la fragilité des organes reste un obstacle de taille ; ils ne survivent que quelques heures en dehors de l’organisme. « Actuellement, de nombreux organes disponibles pour une greffe sont tout simplement perdus parce qu’un receveur compatible ne se trouve pas à proximité. Il existe un réel problème géographique. Malgré les transports rapides en hélicoptère ou en jet, on n’arrive pas toujours à temps, explique le Dr Allal. Si on pouvait accroître la durée de conservation, et utiliser ne serait-ce que la moitié des cœurs et des poumons qui sont perdus chaque année, la liste d’attente pour ces organes serait résorbée en quelques années aux États-Unis. »

Un rein de lapin conservé plus de 24 heures puis réimplanté

Aujourd’hui, cellules souches, sperme, embryons… peuvent être conservés hors de l’organisme. L’avènement de la vitrification – technique qui permet de refroidir les tissus rapidement en évitant la formation de cristaux de glace – a été une révolution pour la conservation des ovaires et des embryons. Lors du congrès, des équipes telles que celle du Dr Greg Fahy, qui dirige la société 21 st Century Medicine, en Californie, présenteront leurs derniers travaux. Les chercheurs de 21st Century Medicine ont par exemple réussi à étendre la durée de conservation d’un cœur de chien – limitée à 4 heures en conditions cliniques – à 45 heures. Les chercheurs ont aussi démontréqu’il est possible decryoconserver un rein de lapin pendant au moins 24 heures, le réchauffer puis le réimplanter sans que le lapin succombe.

De nombreux défis restent cependant à surmonter ; le contrôle des dégâts liés à la cristallisation dans les tissus, la toxicité des agents cryoprotecteurs, le stress thermomécanique, les blessures ischémiques… autant de sujets qui seront débattus lors de ce premier congrès.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
28.02.2015 à 15h47

« Et si on DONNAIT le projet de loi santé pour cryoconservation pour dans 200 ans ... »

Répondre
 
28.02.2015 à 23h56

« Je ris avec vous !! »

Répondre
 
26.02.2015 à 18h44

« Après Hiberna-tus 1, il y a HYBERNATUS 2 à quand le 3e ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 8

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter