L’entretien prénatal précoce encore trop peu souvent proposé

L’entretien prénatal précoce encore trop peu souvent proposé

25.02.2015

Alors qu’il est censé être réalisé au 4e mois de grossesse pour permettre aux femmes de partager leurs attentes et leurs inquiétudes vis-à-vis de leur grossesse et de l’accouchement, l’entretien prénatal précoce (EPP) n’est réalisé que chez 2 femmes sur 5, en moyenne au cours du 5e mois de grossesse. Certaines le repousseraient même jusqu’au 9e mois.

C’est un des constats d’une enquête, publiée dans le Bulletin Hebdomadaire de l’Institut de Veille Sanitaire – enquête réalisée en 2012 par les réseaux de santé en périnatalité (RSP) auprès 1 990 femmes venant d’accoucher.

La prévalence de l’EPP reste « encore faible », concluent les auteurs. Elle est cependant en nette augmentation par rapport à la dernière enquête, réalisée en 2010, qui rapportait qu’une femme sur cinq, seulement, avait réalisé l’entretien.

Les femmes les plus à même d’avoir bénéficié d’un EPP seraient jeunes (25-35 ans), primipares, ayant préalablement reçu une préparation à l’accouchement et un carnet de santé. La grande majorité des entretiens (92,5 %) serait réalisée par des sages femmes ; les gynécologues-obstétriciens et médecins généralistes, eux, restent peu représentés.

L’EPP n’est pas systématiquement proposé

Parmi les femmes qui n’ont pas bénéficié d’un EPP, 63 % ont déclaré qu’il ne leur avait pas été proposé. Parmi celles qui ont refusé l’entretien, plusieurs ont avancé le manque de temps, d’autres le fait d’être multipare.

Face au taux relativement faible de l’offre, leurs auteurs suggèrent d’explorer le rôle des professionnels qui prennent en charge les femmes enceintes au cours du 1er trimestre de grossesse, en particuliers les médecins généralistes et gynécologues-obstétriciens de ville.

« Même si ces professionnels ont été informés par les RSP, leurs doutes sur l’intérêt de l’EPP sur le déroulement de la grossesse et l’issue de l’accouchement, et leurs remarques sur le manque d’évaluation du dispositif, ont été soulignés par nombre de RSP » notent les auteurs.

Les femmes à risque ne sont pas assez ciblées

Par ailleurs, les femmes avec des difficultés de vie quotidienne, de conduites addictives, à risque social et psychologique n’ont pas accès de manière privilégiée à cet entretien. « On peut donc dire que l’EPP, tel que pratiqué dans les territoires de santé enquêtés, ne répond pas tout à fait à ses objectifs, à savoir aider les femmes les plus vulnérables », remarquent les chercheurs.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
26.02.2015 à 16h28

« L'examen pré conceptionnel est bien, bien plus nécessaire que l'entretien PP !
Au 4° mois, la cuite à 8SA a déjà fait le SAF !
Le spina est déjà installé, la fente labio palatine ouverte ! »

Répondre
 
26.02.2015 à 12h30

« Celles qui viennent au RDV n'en ont en général pas besoin, et celles qui devraient venir ne viennent quasiment pas...... mes sages-femmes sont découragées. Une fois de plus, l'enfer est pavé de bonn Lire la suite

Répondre
 
26.02.2015 à 10h58

« Medecin

Comme bien souvent en France, on rajoute un "truc", qui ne va servir qu' à celles qui n' en ont pas besoin. Au départ comme toujours il y a quelques bons sentiments mais aussi beaucoup d Lire la suite

Répondre
 
26.02.2015 à 08h13

« Quand est-ce qu'on commence à évaluer le bénéfice d'un tel moyen pour voir s'il est pertinent ? A mon avis, aucun effet sur la morbidité et mortalité, un gaspilage des moyens comme le PRADO et inuti Lire la suite

Répondre
 
25.02.2015 à 22h03

« L'EPP en réalité ne sert à rien car ce qu'il prétend évaluer en un entretien se doit d'être partie intégrante du suivi global.. C'est ce qui est fait d'ailleurs en bonnes pratiques courantes par l'e Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
vieux

Grippe : premières leçons d'une épidémie précoce Abonné

L'arrivée précoce de la grippe a surpris les professionnels de santé et les hôpitaux. Le virus A(H3N2) circulant touche en majorité les personnes âgées. D'aucuns évoquent déjà l'épidémie de l'hiver 2014/2015 où une surmortalité record avait été observée avec un excès de 18 300 décès. Le Pr Bruno Lina estime qu'il ne s'agit pas d'une « réplique de 2014 ». De plus, la souche circulante est une... 2

Grippe : l'Ordre réclame la vaccination obligatoire des médecins

bouet voeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) est favorable à une vaccination obligatoire des praticiens contre la grippe, et plus... 88

Bilan en demi-teinte des expérimentations d'alternatives à la PACES

paces

Les alternatives à la première année commune aux études de santé (PACES) expérimentées depuis deux ans dans dix facultés ont entraîné une... 1

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes » Abonné

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes »-1

Candidat à la primaire sous les couleurs de l'Union des démocrates et écologistes (UDE), Jean-Luc Bennahmias veut désengorger les urgences... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter