Retard de croissance intra-utérin : le dépistage doit être amélioré

Retard de croissance intra-utérin : le dépistage doit être amélioré

18.02.2015

La suspicion d’un retard de croissance intra-utérin (RCIU) pendant la grossesse chez les bébés petits pour l’âge gestationnel (PAG) (poids de naissance inférieur au 10e percentile) serait faible en France, malgré l’échographie du 3e trimestre de grossesse, selon une étude observationnelle réalisée dans l’équipe de recherche en épidémiologie périnatale, obstétricale et pédiatrique (EPOPé), par Jennifer Zeitlin, directrice de recherche INSERM. Les résultats ont été publiés dans le journal « BJOG : An international Journal of Obstetrics and Gynaecology ».

Seulement 21 % des enfants avaient été suspectés d’un RCIU

L’objectif de l’étude était « d’estimer le pourcentage d’enfants pour lesquels un RCIU avait été suspecté en anténatal et de mesurer l’effet de cette suspicion sur les décisions médicales prises, en analysant un échantillon représentatif de naissances en France en 2010 », soulignent les chercheurs. L’échantillon composé de 14 000 femmes provient de l’enquête nationale périnatale, mise en place par le ministère de Santé en 2010. « Nous avons croisé deux informations à partir des informations fournies par les dossiers médicaux : le poids du bébé à la naissance et si l’enfant avait été suspecté d’un RCIU pendant la grossesse », explique au « Quotidien » Jennifer Zeitlin. La difficulté c’est que la PAG n’est pas synonyme de RCIU.

Les résultats de l’étude montrent que parmi les enfants nés avec un faible poids à la naissance (inférieur au 10e percentile pour l’âge gestationnel), 21 % avaient été suspectés d’un RCIU pendant la grossesse. « Il existe quelques études dans d’autres pays qui ont également trouvé des taux de dépistage faibles, mais ces pays n’ont pas, comme la France, une pratique systématique d’une 3e échographie pour contrôler la croissance fœtale ou détecter des malformations qu’on n’aurait pas vues aux précédentes échographies », indique Jennifer Zeitlin.

La difficulté de dépister le RCIU et les cas de faux positifs

Une autre observation de cette étude révèle que la moitié des enfants présentant une suspicion de RCIU étaient des faux positifs et étaient nés avec un poids normal à la naissance (ou en tout cas au-dessus du 10e percentile…). Or la « suspicion anténatale d’un RCIU est associée à l’augmentation de la probabilité d’avoir une césarienne programmée avant travail ou un déclenchement du travail, indépendamment de l’existence ou non d’un faible poids à la naissance », notent les auteurs. La difficulté du dépistage du RCIU est de savoir si ces enfants PAG, le sont constitutionnellement (des parents petits qui justifient une courbe de croissance attendue, au 10e percentile par exemple) ou s’ils sont en restriction de croissance en raison d’un événement intercurrent, le véritable RCIU (un phénomène dynamique, quand les enfants décrochent du 90e percentile au 10e percentile par exemple).

« Les résultats de cette étude soulignent la nécessité de mener une réflexion, bien qu’elle ait déjà été amorcée par le Collège national des gynécologues et obstétriciens (CNGOF) qui a publié les recommandations pour la pratique clinique en 2013, autour des raisons de la faible performance du dépistage du RCIU en France. Ils questionnent également sur le risque de réaliser des interventions médicales non justifiées, dans le cas où une suspicion de RCIU pendant la grossesse n’a pas été confirmée à la naissance », a conclu Jennifer Zeitlin.

La prochaine étape de l’équipe des chercheurs consiste à développer un outil afin de mieux dépister et suivre les problèmes de croissance.

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.02.2015 à 08h38

« En 1970, j'ai fait une enquête qui montrait que le taux de dépistage du RCIU (par la seule clinique) au pav K de l'HEH de Lyon était de 40% ( RCIU sévère Lire la suite

Répondre
 
18.02.2015 à 16h37

« Pardon : bien moins cher qu'un échographe ! veuillez excuser ce lapsus calamae. »

Répondre
 
18.02.2015 à 16h36

« Un "pas si mauvais marqueur" du RCIU, reste la mesure (correcte) de la hauteur utérine. La clinique, Messieurs-Dames !
Et un mètre ruban coûte bien moins cher qu'un échographe ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Présidentielle : ces propositions qui agacent le secteur

100%

Le grand oral sur la santé et la protection sociale de cinq candidats à la présidentielle, organisé mardi par la Mutualité française, a... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

« Chez nous » ou la stratégie de dédiabolisation du FN incarnée par un médecin

film

Le nouveau film de Lucas Belvaux, co-écrit avec l'écrivain Jérôme Leroy (auteur du roman « Le Bloc » et habitant du Nord), raconte... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter