Service public hospitalier : le plaidoyer pro domo des cliniques

Service public hospitalier : le plaidoyer pro domo des cliniques

22.01.2015
  • 1421925186579797_IMG_145783_HR.jpg

« Finies les chausse-trappes : 2015 sera l’année de la réécriture de cette fameuse loi santé » a lancé mercredi soir Lamine Gharbi, président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), qui n’a pas boudé son plaisir d’être « bien entouré pour formuler ses vœux ».

Les Drs Eric Henry (SML), Jean Louis Bensoussan (MG France) ou encore Jean-Paul Hamon (FMF) mais aussi le président de l’Ordre des médecins Patrick Bouet, Antoine Dubout (FEHAP) et Gérard Vincent (FHF) avaient répondu à l’invention du bouillant patron des cliniques privées. « Car le combat peut être une fête », a ironisé le président de la FHP, reprenant à son compte la célèbre phrase de Borges.

Non au délit de faciès

Lamine Gharbi a invité chacun « à délaisser les postures en faveur de l’intérêt général », et à tenir compte de la complémentarité des différents acteurs. Alors qu’un bras de fer public/privé se joue sur les modalités du futur service public hospitalier (SPH) et l’habilitation des cliniques dans ce cadre, Lamine Gharbi a affirmé que « la revendication du privé d’accéder au service public hospitalier n’enlève rien aux autres acteurs. »

Ségolène Benhamou, élue le mois dernier présidente de la branche MCO de la FHP va plus loin. « On se bat pour avoir la même activité, les mêmes financements, cela ne veut pas dire que tout le monde doit tout faire, mais il est urgent de tordre le cou au délit de faciès, a-t-elle expliqué. Le secteur privé ne choisit pas ses patients, nous apportons même des réponses pour pallier les faiblesses de l’hospitalisation publique. C’est le cas en cancérologie où les autorisations obtenues par le privé ne retirent rien au secteur public. »

Le Dr Olivier Drevon qui pilote la branche « psychiatrie » de la FHP enfonce le clou. « Les cliniques ne sont pas des machines à faire du fric. On répond à des appels d’offres des ARS pour proposer des prises en charge particulières » précise-t-il. Cette loi de santé doit « préparer l’avenir », veut-il croire.

Vigilance

Le Dr Gabriel Bossy, réélu à la tête de la branche SSR de la FHP, s’est montré très vigilant. « Nous avons encore de bonnes raisons d’être inquiets sur ces soins de suite et réadaptation spécialisés qu’il est question de remettre en cause ou encore sur le CICE [crédit d’impôt compétitivité emploi] sur lequel les entreprises de santé seraient les seules à ne plus pouvoir compter ».

Le patron de la FHP Lamine Gharbi reste optimiste. Les (sept) réunions déjà enchaînées au cabinet de Marisol Touraine ces dernières semaines lui laissent l’espoir d’évacuer du projet de loi les dernières dispositions jugées discriminantes pour le secteur privé lucratif. « L’an dernier, nous avons accueilli huit millions de patients dont trois millions ont été pris en charge dans nos services d’urgence, il s’agit bien d’un service au public » a-t-il conclu.

Laurence Mauduit
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
Hugues C Médecin ou Interne 23.11.2016 à 09h25

Vous voulez me faire croire que la patiente obèse, diabétique et fumeuse de surcroit va être bien reçue en clinique pour se faire opérer de son cancer de l'endomètre ? Elle ira à l'hôpital car c'est Lire la suite

Répondre
 
23.01.2015 à 07h25

« Gagné ! La FHP mène les discussions au ministère sans les praticiens. »

Répondre
 
T Médecin ou Interne 23.01.2015 à 00h47

« Pro domo : ça veut dire pour sa gueule.

Titre perfide qui dénie la conclusion "il s'agit bien d'un service au public!" »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter