Loi de santé : l’Ordre des médecins presse Marisol Touraine de corriger sa copie

Loi de santé : l’Ordre des médecins presse Marisol Touraine de corriger sa copie

16.01.2015
  • 1421427337578320_IMG_145341_HR.jpg

La concertation autour du projet de loi de santé, « qui devait n’être qu’un préalable, n’a que trop tardé à démarrer, il est plus que temps que Marisol Touraine prenne en compte les préoccupations d’une profession qui souffre d’être incomprise et abandonnée des pouvoirs publics ». En présentant ses vœux très politiques jeudi 16 janvier, le Dr Patrick Bouet, président du conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), s’est montré offensif, s’adressant directement à Marisol Touraine et la pressant d’agir.

Le président de l’Ordre s’est même payé le luxe de signaler que la ministre de la santé avait décliné l’invitation ordinale pour « des contraintes départementales ».

Profession exaspérée

L’Ordre juge que le projet de loi en l’état porte les germes d’une « étatisation du système de santé, et provoque l’exaspération de toute une profession, sans apporter les bonnes solutions aux attentes des patients ». Sur la méthode, le Dr Bouet note que si Marisol Touraine a certes reporté l’examen du projet de loi par l’Assemblée nationale, et annoncé l’ouverture d’une concertation, il ne s’agit que de mots. « Ces annonces ne sont pour le moment pas suivies d’effet », regrette-t-il. Sans véritable ouverture, insiste-t-il, « il sera impossible de sortir de l’impasse ».

L’Ordre dicte ses conditions. Il n’acceptera pas de discuter des articles du texte sans remettre en cause sa philosophie générale « qui conduit à une médecine réglementée et administrée ». Dans ce contexte, il « exige une réécriture globale du texte ».

Gouvernance en région, contenu des métiers et délégations, démocratie sanitaire, tiers payant : les principaux articles conflictuels sont énumérés. Sur le tiers payant, le Dr Bouet demande un calendrier progressif, l’abandon de l’obligation et de réelles garanties. « Je vous le dis, Madame la ministre, entrons dans le concret, nous avons perdu trop de temps », conclut le patron de l’Ordre.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 44 Commentaires
 
17.01.2015 à 11h53

« L'ordre a du engager un communiquant pour que les élus aux commandes depuis des décennies se refassent une virginité auprès des médecins après avoir en 2012 réclamé au gouvernement socialiste nouvel Lire la suite

Répondre
 
17.01.2015 à 11h32

« Cadeau empoisonné de l'UFML, après avoir été bernés par leurs syndicalistes, des médecins sont bernés par élus ordinaux en poste depuis des décennies et tout aussi responsables de la situation prése Lire la suite

Répondre
 
17.01.2015 à 11h18

« Lisez le rapport de l'IGAS - : http://urlz.fr/1lfL - consacré à l'ordre départemental parisien en 2007: Gratification somptuaire du fils d'un responsable pour une enquête statistique alors que le fi Lire la suite

Répondre
 
17.01.2015 à 10h47

« L'étatisation de la santé entraînerait la disparition de l'ordre des médecins. »

Répondre
 
17.01.2015 à 19h24

« Pas possible ! Cette vieille dame disparaîtrait , vite au Panthéon ! »

Répondre
 
16.01.2015 à 23h46

« Je pense que le diagnostic posé est en-dessous de la réalité. Ce projet ne porte pas les germes d'une étatisation, mais plutôt d'une inféodation de la médecine et de l'acte libéral au libéralisme de Lire la suite

Répondre
 
17.01.2015 à 11h59

« Excellente analyse , je suis tout à fait d'accord sur l'évolution à très court terme de notre système .Mais les premiers concernés, à savoir les assurés sociaux et clients des mutuelles ne semblent Lire la suite

Répondre
 
18.01.2015 à 00h09

« Absolument »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter