Les généralistes à nouveau en grève, quatre ans jour pour jour après la dernière hausse du C

Les généralistes à nouveau en grève, quatre ans jour pour jour après la dernière hausse du C

06.01.2015
  • 1420558767575583_IMG_144616_HR.jpg

Des médecins généralistes ont fermé leur cabinet ce mardi 6 janvier, à l’appel de MG France, pour exprimer leur opposition au projet de loi de santé et réclamer une revalorisation de la consultation, quatre ans, jour pour jour après le passage du C à 23 euros.

Selon le syndicat, ce nouveau jour de grève a été bien suivi par la profession, même s’il est très difficile d’évaluer la mobilisation. « Dans de nombreuses communes, tous les cabinets sont fermés, et la grève des gardes se poursuit », a assuré le Dr Jacques Battistoni, secrétaire général.

MG France, qui rencontrait cet après-midi le président de l’UMP Nicolas Sarkozy puis la ministre de la Santé Marisol Touraine, a rappelé son opposition à la généralisation du tiers payant obligatoire, « impraticable aujourd’hui ».

Mais la contestation du syndicat dépasse largement cette réforme. « Le problème, c’est la disparition lente de la médecine générale », a résumé son président, le Dr Claude Leicher, lors d’une conférence de presse organisée ce mardi dans un cabinet médical d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, département particulièrement touché par la désertification médicale avec 58 généralistes pour 100 000 habitants. « Il y a un malaise très profond des médecins généralistes, qui exercent à plus de 90 % en secteur I, avec des honoraires bloqués depuis 4 ans, a souligné le Dr Leicher. Notre spécialité est la seule à ne pas être rémunérée 25 euros la consultation. »

Transgression tarifaire ?

Le leader syndical a cité des statistiques de l’OCDE, selon lesquelles les généralistes français figurent parmi les moins bien rémunérés d’Europe devant la République tchèque et la Finlande. « La médecine générale est maltraitée aujourd’hui, les politiques doivent reconnaître qu’il y a un problème, a ajouté le président de MG France. Nous avons besoin d’être soutenus, sinon la médecine générale en secteur I disparaîtra. »

Le syndicat veut croire que la ministre de la Santé lui proposera, mardi soir, des pistes en vue d’une sortie de crise. « Il y a aujourd’hui une ouverture sur la loi de santé mais une impasse sur la médecine générale », analyse à ce stade le Dr Leicher.

MG France a annoncé que la grève administrative (de la télétransmission et de l’usage des téléservices de l’assurance-maladie) lancée en janvier pourrait s’intensifier dans les jours à venir.

Mais surtout, le syndicat n’exclut pas que des médecins généralistes exaspérés entrent dans une phase de « transgression tarifaire », pour contester le blocage du C à 23 euros et passer d’autorité leur consultation à 25 euros.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

BCG, méningocoque, HPV... les recommandations du calendrier vaccinal 2017

calendrier

Le calendrier des vaccinations 2017 vient d'être rendu public ce jour par le ministère chargé de la Santé après avis du Haut Conseil de la... 1

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... 11

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

ROSP

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter