Journée nationale de lutte contre l’HTA : contrôler la pression artérielle retarde l’entrée dans la maladie d’Alzheimer

Journée nationale de lutte contre l’HTA : contrôler la pression artérielle retarde l’entrée dans la maladie d’Alzheimer

18.12.2014
  • 1418922552574388_IMG_144353_HR.jpg

L’HTA est le principal contributeur, modifiable, aux lésions cérébro-vasculaires et la contrôler permet d’éviter ou de retarder l’entrée dans la maladie neurodégénérative. C’est le principal message développé lors d’une nouvelle campagne du Comité français de lutte contre l’HTA (CFLHTA). « Quand l’hypertension fait perdre la tête », relayée sur www.comitehta.org où l’on peut télécharger la nouvelle plaquette du comité, met l’accent sur les liens entre HTA et maladie d’Alzheimer.

Si le risque d’accident vasculaire cérébral d’un patient hypertendu est bien connu, celui des effets de l’HTA sur la mémoire l’est beaucoup moins. Il est pourtant parfaitement documenté. Ainsi, les lésions des petites artères cérébrales provoquent la perte de certaines fonctions cérébrales comme la mémoire ou les capacités de raisonnement.

« Elles favorisent aussi, décrit le Pr Olivier Hanon, chef du service de gérontologie à l’Hôpital Broca (Paris), président de la Société française de gériatrie et de gérontologie, la formation de plaques amyloïdes intracérébrales, responsables de la maladie d’Alzheimer ».

Seulement 30 % de patients hypertendus sont traités

Mieux contrôler l’HTA permet donc de vivre en meilleure santé, sans dépendance. « Or l’objectif des 70 % de patients hypertendus contrôlés pour 2015 est bien loin d’être atteint, faute de cohérence des décisions des Autorités de Santé, retrait de l’ALD ou injonctions à moins prescrire », regrette le Pr Jean-Jacques Mourad, ancien président du CFLHTA, hypertensiologue à l’Hôpital Avicenne (Bobigny).

L’inobservance (pour les patients) ou les difficultés de titrage (pour les médecins) ont souvent raison des meilleures résolutions et recommandations (en 12 points de la Société Française d’HTA de 2013 notamment).

D’après la toute dernière enquête FLAHS (French league against hypertension survey) que présentait le Pr Xavier Girerd, cardiologue (Pitié-Salpêtrière à Paris), vice-président de la Fondation pour la recherche sur l’HTA, la proportion d’hypertendus traités plafonne à 30 % et à peine la moitié (49 %) sont contrôlés.

Parmi les patients traités, 49 % prennent des antagonistes de l’angiotensine (ARA2), 35 % des diurétiques, 33 % des beta-bloquants.

À noter depuis 2007, une nette augmentation de l’usage des associations fixes et des IEC (au détriment des ARA2, sur forte incitation des pouvoirs publics…) ; 70 % des patients traités le sont avec une bithérapie recommandée.

Dans la moitié des cas

Enfin, au questionnaire de plainte cognitive proposé pour cette édition 2014 de l’enquête, 34 % des personnes ayant fait un AVC, logiquement la situation la plus défavorable, présentent un trouble de la mémoire ; « des perturbations, qui justifieraient un bilan, observées plus fréquemment quand la pression artérielle n’est pas contrôlée (versus contrôlée) », signale-t-il.

« La moitié des cas de maladie d’Alzheimer sont potentiellement attribuables à des facteurs de risque vasculaire (HTA en tête, diabète, tabagisme, surpoids et/ou inactivité physique) et traiter une HTA réduirait de 55 % le risque de survenue d’une démence », rapporte le Pr Hanon. Et le Pr Bernard Vaïsse, cardiologue à l’Hôpital de la Timone (Marseille), président du CFLHTA, d’enfoncer ce clou de la prévention : « au crédit d’une activité physique régulière par exemple, une diminution du risque d’Alzheimer de 38 %, qui s’ajoutent aux effets vertueux de la correction de chacun des facteurs de risque, les patients les associant habituellement... ».

Dr Brigitte Blond
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.12.2014 à 08h58

« Dommage que l'illustration montre un tensiomètre de poignet, réputé insuffisamment fiable, alors qu'il faut recommander un tensiomètre de BRAS ! »

Répondre
 
19.12.2014 à 01h22

« Il est intéressant de savoir qu'il n'existe plus de diagnostic différentiel entre Alzheimer, démence vasculaire ou autres apparentées. Je ne sais plus quoi faire de cette foutue agnosognosie d'antan Lire la suite

Répondre
 
18.12.2014 à 23h27

« L'HTA est le premier tueur du monde.
Mais notre brillante ministre de la santé a réussi à la retirer des ALD. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 47

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter