Italie : la crise touche aussi les couples, les recours au sexologue augmentent

Italie : la crise touche aussi les couples, les recours au sexologue augmentent

17.12.2014
  • 1418827978574116_IMG_144275_HR.jpg

De l’autre côté des Alpes, la crise n’est pas seulement économique, elle est aussi sous la couette ! À l’origine de ce malaise, qui se traduit souvent par un divorce, une chute verticale du désir chez les messieurs, des questions de vaginisme chez les dames et plus fréquemment, l’angoisse et le pessimisme liés aux difficultés de la vie qui se traduisent par un renoncement aux plaisirs du sexe.

Jusqu’à présent, les Italiens frappés de plein fouet par la crise du sexe refusaient d’en parler et surtout, de prendre le taureau par les cornes en consultant un spécialiste. Pour ces Latins qui passent pour des grands lovers, cela aurait été gênant, voir carrément honteux. Les femmes en revanche affrontaient la situation. Mais seules. Du coup, les soucis sous les draps restaient sans solution. Or, depuis quelque temps, les Italiens ont changé d’attitude.

Augmentation de 15 %

Partant du principe qu’un traitement médical coûte moins cher qu’un divorce et pas seulement en termes financiers, les voilà qui consultent. Durant les cinq dernières années, les visites chez les sexologues ont augmenté de 15 %. Les thérapies durent en moyenne six mois à raison de deux contrôles hebdomadaires. Comme dans le domaine de la psychanalyse, les médecins ont aussi mis au point des traitements ciblés avec les « semaines du bien-être sexuel ». L’objectif est de trouver rapidement le problème, donc la solution. « Notre fédération veut conjuguer l’aspect biologique avec le côté psychologique. Au fil des ans, les hommes ont compris que le Viagra résout une partie du problème - le coté technique - mais pas la baisse du désir. Nous aidons les couples à cerner le problème », explique Roberta Rossi de l’institut italien de sexologie clinique.

Face à l’augmentation du nombre de patients frappés de plein fouet par la crise du sexe, les spécialistes s’organisent. À Milan, les urgences du sexe ont été inaugurées dans le département d’urologie de l’hôpital Niguarda. En payant le ticket modérateur dont le montant ne dépasse pas les vingt euros, les couples peuvent tenter de trouver une solution avec un spécialiste.

Deux autres structures identiques ont été ouvertes toujours en milieu hospitalier, à Naples et à Bari, dans le sud de la péninsule. À Rome, des projets identiques sont à l’étude. Enfin, des centres d’écoute ont aussi été ouverts par des spécialistes du secteur privé dans certaines grandes villes.

Des cours pour les médecins

En attendant que la sexologie soit inscrite dans les matières enseignées aux étudiants en médecine, quelques professeurs universitaires organisent des cours.

C’est le cas d’Emanuele Jannini, président de la Société italienne d’andrologie et médecine de la sexualité qui inaugurera en janvier prochain, la première Secs Cathedra auprès de l’université de Tor Vergata, le troisième pôle universitaire romain. Une sorte de séminaire dédié aux problèmes des couples durant lequel, les étudiants, les professeurs, et les assistants, pourront envisager des solutions thérapeutiques en se basant sur les témoignages de patients.

De notre correspondante en Italie, Ariel F. Dumont à Rome
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
17.12.2014 à 16h43

« Déjà la France a le même régime pour des couples ! Tiens, il n'y a pas de ligne ouverte pour ce problème grandissant en France ! »

Répondre
 
19.12.2014 à 10h51

« Il existe en France un diplôme inter-universitaire de sexologie mais les consultations qui durent plutôt 1h ne sont pas remboursées...
Je suis donc médecin sexologue (et thérapeute EMDR), installée Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 2

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 12

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter