Fin d’année sous tension : le SNPHAR-E lance un préavis de grève de la permanence des soins

Fin d’année sous tension : le SNPHAR-E lance un préavis de grève de la permanence des soins

16.12.2014

Après les généralistes et spécialistes libéraux, les cliniques privées, et les urgentistes de l’AMUF, le syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi (SNPHAR-E) a déposé (pour des raisons spécifiques) un préavis de grève national de la permanence des soins (PDS) (le week-end, la nuit et les jours fériés) du lundi 22 décembre 18 heures jusqu’au lundi 5 janvier 8 heures.

« Cette grève concerne tous les soins urgents et non urgents » précise le syndicat dans sa lettre à Marisol Touraine.

Comme les urgentistes, le SNPHAR-E ne dénonce pas la loi de santé mais exige l’ouverture de négociations sur le décompte du temps de travail et l’attractivité de leurs carrières.

Conditions de travail

« Nous avons fait grève le 14 octobre pour dénoncer la dégradation de nos conditions de travail, qui pousse les médecins à partir vers l’interim ! La mission parlementaire sur l’attractivité des carrières hospitalières a mis près de 2 mois à s’installer après l’annonce de la ministre de la Santé. On est à 2 semaines de Noël, rien ne va se passer avant le 15 janvier », explique au « quotidien » le Dr Yves Rebufat, président du SNPHAR-E.

Dans le détail, le syndicat réclame des négociations sur le décompte du temps de travail, les effectifs médicaux nécessaires sur la base de 40 heures de travail hebdomadaire, la refonte de la grille salariale, la revalorisation de la PDS avec prise en compte de la pénibilité, et un moratoire sur l’ouverture des plateaux techniques en 10 ou 12 heures.

Assignations

Pour le SNPHAR-E, cette grève est « un coup de gueule », destiné à provoquer une prise de conscience. Le Dr Rebufat assure que les patients ne subiront aucune répercussion. « À cause des libéraux, les agences régionales de santé ont déjà commencé à demander aux établissements publics de santé de majorer les lignes de PDS pour prendre en charge les éventuels patients supplémentaires. On ne peut pas être à flux tendus toute l’année et assurer toute la PDS », poursuit le président du SNPHAR-E.

« Mais on sera là », assure-t-il, « cela obligera juste les ARS et préfet à commettre des assignations », résume le Dr Rebufat.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 8

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter