A Toulouse, une future superclinique du groupe Capio ne fait pas l’unanimité chez les médecins

A Toulouse, une future superclinique du groupe Capio ne fait pas l’unanimité chez les médecins

12.12.2014

Le groupe suédois Capio a investi 100 millions d’euros pour construire une clinique flambant neuve en banlieue toulousaine. Son objectif ? Regrouper deux de ses quatre établissements toulousains, les cliniques du Parc et de Saint-Jean du Languedoc, et conforter sa place de premier groupe privé dans la région. Plus personne n’y croyait. Mais ce projet annoncé, puis repoussé, verra finalement le jour au sud-est de Toulouse, (à Quint-Fonsegrives) fin 2017. Il a été dévoilé il y a quelques jours ainsi que le nom du futur établissement : la Croix du Sud. D’une superficie de 33 000 m2, le bâtiment accueillera 175 lits de chirurgie et de médecine, 110 places en ambulatoire, une maternité avec un service de néonatologie et 30 blocs opératoires. « Notre objectif est de réaliser 70 % de l’activité en ambulatoire à la Croix du Sud. D’ailleurs, près de 40 % de la surface construite y sera consacrée, mais ce ne sera pas notre unique vocation, nous aurons aussi un plateau technique complet avec 42 lits dédiés entre autres à la réanimation, aux soins continus, et aux soins intensifs cardiaques », décrit Christophe Hammer, le directeur régional de CAPIO.

Médecins et patients rassemblés dans un collectif d’opposition

Du côté des commissions médicales (CME) des cliniques du Parc et de Saint-Jean du Languedoc, on se dit officiellement favorable au projet. En coulisses, l’unanimité est moins nette.

Un collectif d’opposition, constitué de généralistes, de patients et de médecins spécialistes de la clinique Saint-Exupéry, voisine de Saint-Jean du Languedoc, vient même de voir le jour. « Nous sommes un établissement spécialisé en néphrologie et urologie et travaillons en étroite collaboration avec Saint-Jean du Languedoc, son déménagement serait synonyme de disparition de tout un pan de l’offre médicale de proximité sur la rive droite », explique Jean-Louis Lacombe, néphrologue et directeur de Saint-Exupéry, partie prenante de ce collectif.

À la clinique Saint-Jean du Languedoc, le Dr Philippe Cuq, chirurgien, se veut plus mesuré : « Ce projet en soi est un beau projet, à condition de tenir compte de l’organisation actuelle. En effet, Saint-Jean et Saint-Exupéry fonctionnent en parfaite complémentarité depuis 40 ans, en particulier dans la prise en charge des patients polypathologiques. En déménageant à Quint-Fonsegrives cela ne sera plus possible. »

Les radiologues de la clinique du Parc s’inquiètent à l’instar du Dr Christian Quesnel. « Objectivement, le projet Capio est un beau projet et investir 100 millions d’euros dans le contexte économique actuel est courageux, mais attention, prévient le médecin. Pour nous, il n’est pas question de quitter la clinique du Parc et notre clientèle de centre-ville. Nous souhaitons conserver sur place un centre d’imagerie et de consultation. » Les huit radiologues du Parc qui revendiquent la plus grosse activité d’imagerie en coupe de Midi-Pyrénées (18 000 IRM par an et 20 000 scanners) sont aussi indépendants, titulaires des autorisations et propriétaires de leurs machines… Ils ont donc la main pour négocier.

Christophe Hammer se dit un peu surpris par la constitution de ce collectif d’opposants et tout à fait ouvert à la discussion… « Notre projet prévoit bien de conserver une activité de radiologie et une maison médicale en centre-ville », assure le directeur régional de Capio. À condition bien sûr de s’entendre sur la répartition des machines, entre la nouvelle clinique et l’antenne du centre-ville.

De notre correspondante Béatrice Girard
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
13.12.2014 à 07h04

« Malheureusement pour la France, ce sont des groupes financiers étrangers qui investissent dans les cliniques et les chaînes de laboratoires de biologie médicale avec des moyens considérables. L'arge Lire la suite

Répondre
 
12.12.2014 à 22h20

« Humm...Qui paie commande non ?... Et grâce à MST, on sait la suite, déjà dans les tuyaux ! ... Sinon quel intérêt aurait ces groupes financiers étrangers a venir lancer leurs filets chez nous..
Le Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 20h29

« Bien sur que non, qui paie ne COMMANDE PAS. »

Répondre
 
12.12.2014 à 19h12

« Magnifique et formidable "un trust chinois toulousain" !
après l'avion ,l'hosto et après les sciences !
ah mais !tu va voir un peu quand tout ce beau monde s'alliera à l'Amérique ! Je te vends ma vi Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le programme santé de Fillon trouble (aussi) Les Républicains

Fillon

Y a-t-il quelque chose qui cloche dans le programme santé de François Fillon ? Ses très proches jurent que non mais, au sein des... 2

Bisphénol A, PCB... les femmes enceintes très exposées en France

femme enceinte exposition perturbateur endocrinien

Plus de 70 % de taux d'exposition au bisphénol A, 99,6 % d'exposition à au moins un phtalate, 100 % d'exposition aux pyréthrinoïdes... les... Commenter

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter