Tiers payant généralisé, cliniques : Touraine souffle le chaud et le froid

Tiers payant généralisé, cliniques : Touraine souffle le chaud et le froid

12.12.2014
  • TouraineS.Toubon

Marisol Touraine s’efforce à nouveau de lâcher un peu de lest alors que la contestation médicale contre la loi de santé ne faiblit pas – tous les syndicats ont confirmé leur appel à la fermeture des cabinets libéraux et à la grève de la permanence des soins la dernière semaine de décembre.

Dans un entretien à « Libération » publié ce vendredi, la ministre de la Santé promet encore une fois des « garanties » aux médecins sur la généralisation du tiers payant afin d’assurer un « paiement rapide et simple aux médecins ». Elle propose de définir ces garanties dans le cadre d’un groupe de travail en janvier (le chantier technique est au point mort depuis des mois...). « La généralisation du tiers payant, c’est le choix de la justice, dit la ministre. Elle se mettra en place par étapes avant 2017. La première, en juillet 2015, concernera les bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé. Je suis prête à voir si d’autres étapes, avant sa généralisation, sont nécessaires ». Peu probable que ces propos généraux suffisent dès lors que la profession récuse le principe même de l’obligation de la dispense d’avance des frais à tous les patients.

« Beurre et argent du beurre » : les cliniques épinglées

En revanche, sur France Info cette fois, Marisol Touraine s’en prend vertement aux cliniques privées qui, selon la ministre, « veulent le beurre et l’argent du beurre » en souhaitant rester dans le service public hospitalier sans en assumer toutes les contreparties (notamment à ses yeux les tarifs opposables).

« Ce qu’ils demandent [les établissements privés], c’est pouvoir pratiquer leur exercice dans les conditions qu’ils souhaitent et en même temps bénéficier d’une étiquette service public hospitalier », a tancé la ministre. « Ce que je veux moi, c’est que les patients, lorsqu’ils poussent la porte d’un établissement de santé, connaissent les conditions dans lesquelles ils vont être soignés (...) Si c’est le service public hospitalier, ils savent qu’il n’y aura pas de dépassements d’honoraires, s’ils poussent la porte d’une clinique, ils savent qu’ils doivent discuter avec les médecins, pour savoir à quelles conditions ils doivent être soignés », a-t-elle détaillé.

Ce « recadrage » ministériel intervient alors que la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) lance une campagne de communication « choc » contre la loi de santé en dramatisant les conséquences de cette réforme. Intitulée « Tous privés de santé : le pire est annoncé » cette campagne nationale montre une femme enceinte prête à accoucher dans la rue, ou encore un homme allongé en train de recevoir un massage cardiaque (ci-dessous).

Cette campagne s’est attiré les foudres de la Fédération hospitalière de France (FHF). Son président Frédéric Valletoux « prend acte, avec une certaine consternation, des caricatures auxquelles se livrent depuis plusieurs jours, et une fois de plus, les représentants de l’hospitalisation privée à travers une campagne de communication irresponsable. Pourquoi faire croire aux Français qu’ils ne pourront plus être soignés correctement sous prétexte que la future loi de santé, certes imparfaite et insuffisante sur bien des points, ne convient pas aux cliniques ? Les raccourcis de cette campagne sont indignes d’acteurs qui, dans le même temps, réclament d’exercer une part de missions de service public ».

« Consternés » par les choix de communication de la FHP, les établissements privés non lucratifs (FEHAP) et les centres de lutte contre le cancer (UNICANCER) ont fustigé de leur côté des « images aussi violentes qu'excessives »

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 26 Commentaires
 
14.12.2014 à 18h52

« Les acteurs du soins, qu'ils soient publiques ou privés sont tous sans exception peu payés, si ce n'est les administratifs hospitaliers, qui ne soignent pas et vivent largement sur la bête. Les phar Lire la suite

Répondre
 
14.12.2014 à 14h56

« « Ce qu’ils demandent [les établissements privés], c’est pouvoir pratiquer leur exercice dans les conditions qu’ils souhaitent et en même temps bénéficier d’une étiquette service public hospitalier Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 22h58

« Je ne comprends pas ce terme de "participation au service public". Pour le chirurgien libéral que je suis depuis maintenant 32 ans, les urgences reçues dans nos cliniques n'ont rien à voir avec un " Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 17h34

« Madame la ministre:
La justice, ce n'est pas le tiers payant généralisée mais le droit d’accès a la santé d'une façon égale pour tous !
Votre tiers payant est un appât démagogique pour le peuple. Lire la suite

Répondre
 
16.12.2014 à 08h00

« Bonjour, je travaille en clinique depuis 20 ans en secteur 1 en tant qu'anesthésiste et je vis correctement sans excès comme tous les Français, par contre je n'ai pas le train de vie de certains chi Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 22h53

« Pas mal, sauf que... tous les dépassements ne sont pas" juteux". Comment un chirurgien libéral pourrait-il vivre sans "dépassements" sachant que le tarif sécu de certains actes n'a pas été réévalué Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 15h29

« Le fait que par ce type de "communication" la Fédération de l'Hospitalisation privée contribue à brouiller le message des libéraux dans leur ensemble, dont la revendication n'est pas seulement tarif Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 22

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter