Psychiatrie : une étude dissèque l’hospitalisation au long cours, très variable selon les territoires

Psychiatrie : une étude dissèque l’hospitalisation au long cours, très variable selon les territoires

10.12.2014
  • 1418211290571327_IMG_143573_HR.jpg

L’hospitalisation au long cours – pourtant à rebours de la politique de désinstitutionalisation menée depuis les années 70 – concerne encore 12 700 patients en 2011, soit 0,8 % des patients pris en charge dans les établissements ayant une autorisation en psychiatrie, rapporte une étude de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes).

Ces séjours représentent un quart des journées d’hospitalisation mais aussi un quart des lits, « un poids majeur dans les ressources, l’activité, et l’organisation des soins », lit-on dans cette étude.

Surtout, un grand nombre de ces hospitalisations longues sont jugées médicalement inadéquates, résultant du « cloisonnement » entre le sanitaire et le social et de l’absence de réponses médico-sociales adaptées.

En 2011, 77 % des patients suivis en psychiatrie dans les établissements l’ont été exclusivement en ambulatoire, et la durée moyenne des séjours d’hospitalisation dans l’année atteint 53 jours, deux fois moins qu’en 1980. L’hospitalisation au long cours concerne plutôt des hommes (64 %), âgés en moyenne de 47 ans. Les 30-60 ans sont surreprésentés, tandis que les plus de 60 ans sont sous-représentés, la plupart étant orientés vers des Ehpad.

Profils de patients

Selon l’étude, trois grands groupes de patients se distinguent : plus de la moitié (51,7 %) des patients hospitalisés au long cours, majoritairement masculins, faiblement dépendants, souffrent de troubles schizophréniques. Un quart (23 %) sont des « nouveaux patients au long cours », majoritairement des femmes, plus âgées, souffrant de troubles addictifs, de troubles mentaux organiques (démences) ou de troubles de la personnalité et du comportement. Ces patients sont moyennement dépendants. Enfin, 25 % des patients sont plutôt des jeunes lourdement dépendants, souffrant de retard mental ou de troubles du développement psychologique (autisme), hospitalisés pour 32 % d’entre eux depuis plus de 5 ans.


Source : Recueil d’information médicalisée en psychiatrie (Rim-P) 2011 ;
Recensement général de la population, Insee 2010.
Champ : France métropolitaine.

Les cliniques, parce qu’elles se sont spécialisées dans les séjours de postcure et de réadaptation sociale, accueillent 12 % des patients hospitalisés au long cours, alors qu’elles ne prennent en charge que 6 % de la file active totale suivie en psychiatrie. 80 % des patients hospitalisés au long cours sont pris en charge dans un établissement monodisciplinaire public ou privé (spécialisé dans la prise en charge des maladies mentales). Pour 10 % des patients, l’hospitalisation au long cours s’est réalisée sur plusieurs établissements.

Ecarts de 1 à 30

Selon l’étude, les taux de recours à l’hospitalisation longue en psychiatrie (nombre de patients pris en charge au long cours dans l’année rapport à la population âgée de plus de 16 ans) varient de 2,2 (Alpes-de-Haute-Provence) à 68 pour 100 000 habitants (Haute-Saône), soit un rapport de 1 à 30.


De telles disparités sont en partie liées, selon l’Irdes, à l’offre de soins hospitalière spécialisée et la densité de lits en hospitalisation temps plein. « Une moindre contrainte sur la gestion des lits peut créer des conditions peu incitatives à la sortie des patients », lit-on. À l’inverse, dans les secteurs où les capacités d’hospitalisation en psychiatrie sont plus réduites, les équipes soignantes auront « tout intérêt à favoriser la fluidité des parcours et à éviter les séjours prolongés ». Autre facteur déterminant : plus l’offre médico-sociale est importante sur un territoire, plus le taux d’hospitalisation au long cours diminue.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
11.12.2014 à 00h06

« Et oui!... Chassez le naturel et il revient au galop... Médecin Psychiatre. »

Répondre
 
10.12.2014 à 23h26

« La désinstitutionnalisation, c'est bien, mais pas à tout crin, ni dans n'importe quelle condition d'hébergement. Combien de patients schizophrènes sortis de l'hôpital dans des hôtels au mois sordide Lire la suite

Répondre
 
10.12.2014 à 21h57

« OFFRE MECICO SOCIALE qu'est ce que ca recouvre exactement ? »

Répondre
 
10.12.2014 à 23h05

« Foyers d'hébergement, FAM (foyers d'accueil médicalisé), foyers occupationnels, maisons relais, samsah "psy", savs... malgré la loi sur le handicap psychique, ces structures font cruellement défaut Lire la suite

Répondre
 
10.12.2014 à 22h52

« Tapez offre médico sociale en psychiatrie.
Projet établissement 2013 2017.
Juin 2013.
Psychiatrie publique !
Soyez patient c'est long à lire ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter