Malgré la baisse des violences dans le monde, les femmes et les enfants sont toujours en première ligne

Malgré la baisse des violences dans le monde, les femmes et les enfants sont toujours en première ligne

10.12.2014
  • 1418231078571846_IMG_143658_HR.jpg

Selon le rapport 2014 sur la prévention des violences publié conjointement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des nations unis (ONU), la violence pèse toujours très lourd sur les femmes et les enfants. En 2012, un enfant sur quatre a été agressé physiquement et une petite fille sur cinq a été sexuellement abusée au moins une fois cours de sa vie, tandis qu’une femme sur trois a été victime de violences physiques ou sexuelles.

En dehors des conséquences directes de ces violences, le rapport rappelle qu’elles sont aussi à l’origine de comportements qui augmentent les risques de cancers, de pathologies cardiaques et d’infections sexuellement transmissibles.

Les violences en baisse de 16 % depuis 2000

Les hommes ne sont pas en reste. Les homicides représentaient, en 2012, la troisième cause de décès chez les hommes de 15 à 44 ans. L’OMS et l’ONU notent cependant que les homicides ont baissé de 16 % entre 2000 et 2012, mais que des efforts sont encore nécessaires : un tiers seulement des 133 pays inclus dans le rapport mènent une politique publique de réduction des violences, comme des campagnes contre le harcèlement, des visites des familles à risques par des professionnels de santé ou des dispositifs aidant les accompagnants des personnes âgées.

En outre, plus de la moitié de ces pays ont adopté l’intégralité des 12 lois reconnues par l’ONU comme prévenant efficacement les violences. À titre d’exemple, 98 % des pays cités dans le rapport ont adopté une loi contre le viol, 87 % ont adopté une loi contre les violences domestiques et 40 % disposent d’une législation qui punit les abus à l’encontre des personnes âgées placées en institution.

Enfin, les auteurs notent que seule la moitié des pays cités dans le rapport disposent de structures pour protéger les victimes de violence.

Le rapport dresse la liste des 18 politiques de prévention les plus à même de réduire les violences. Il cite notamment les programmes de sensibilisation dans les écoles, les campagnes d’information publique et les aides apportées aux familles à risque.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recrutement, passerelles, maquettes, outils numériques, carrièresAttractivité de l'exercice médical : les CHU à l'offensive Abonné

chu

À l'occasion des 15 e assises nationales hospitalo-universitaires qui s'ouvrent aujourd'hui à Toulouse, doyens, directeurs et présidents de... 1

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... 2

Innovation, recherche... accompagnement des patientsLe Galien 2016 fait peau neuve Abonné

mehl

Quatre nouvelles catégories sont récompensées cette année aux côtés des volets classiques médicamenteux et travaux de recherche. 2016,... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter