Loi de santé, secteur II : inquiet de la fronde, le gouvernement cherche à rassurer les libéraux

Loi de santé, secteur II : inquiet de la fronde, le gouvernement cherche à rassurer les libéraux

05.12.2014
  • Touraine

Le ministère de la Santé semble prêt à faire quelques concessions, encore floues, pour apaiser la colère du monde médical contre le projet de loi de santé alors que plusieurs mouvements de grève radicaux sont programmés à la fin de l’année (médecins généralistes et spécialistes libéraux, cliniques privées, mais aussi urgentistes mobilisés, eux, sur les conditions de travail et la pénibilité).

Selon nos informations, le cabinet de Marisol Touraine reçoit une nouvelle fois ce vendredi en début d’après-midi la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) après un rendez-vous infructueux, mardi.

Selon « Les Echos », le ministère de la Santé serait prêt à autoriser les dépassements d’honoraires pour les activités des cliniques remplissant une mission de service public hospitalier et accueillant un service d’urgences (le projet initial interdit le secteur II pour toutes les activités des cliniques souhaitant être reconnues de « service public »).

L’avertissement de l’Ordre

Cette avancée, si elle est confirmée, suffira-t-elle à rassurer la FHP, qui exige le retrait du projet de loi de santé et appelle à un mouvement illimité de cessation d’activité dans les cliniques et hôpitaux privés à compter du 5 janvier ?

Le ministère de la Santé réaffirme par ailleurs sa volonté de « corriger la lecture jacobine et planificatrice qui a été faite » du service territorial de santé au public, qui mécontente les médecins libéraux. Marisol Touraine avait déjà déclaré être disposée à « ajuster » son projet de loi si nécessaire lors d’une concertation prévue avant la mi-décembre.

Ces ouvertures sont-elles de nature à calmer l’exaspération du secteur ? Interrogé ce vendredi midi par « le Quotidien », le Dr Patrick Bouet, président du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), estime que le compte n’y est pas. « Ces annonces ne sont pas de nature à faire diminuer le mouvement qui se met en place, juge-t-il. Tout ce retard mène le gouvernement à devoir faire des propositions beaucoup plus importantes que prévu. Il faut réécrire le texte avec une concertation publique et un agenda, et il faut reporter le passage de la loi devant le Parlement. » Contacté également ce vendredi, le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, reste très déterminé. « L’heure n’est pas du tout à la démobilisation. »

Ch.G. et H.S.R
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 58 Commentaires
 
09.12.2014 à 21h57

« Réécrire le texte de la loi il est plus simple de l'effacer et d'instituer un système à l'allemande: 50€ la consultation + 10€ par motif abordé »

Répondre
 
09.12.2014 à 01h03

« Je me pose une question ?
Qui est le médecin référent de MST et qu'en pense t-il de tout cela ? »

Répondre
 
08.12.2014 à 19h17

« Parole d'un shogun japonais du 17° siècle : " ce n'est pas en affaiblissant le fort qu'on renforce le faible". La limitation drastique des échantillons médicaux, tout nous fait clairement comprendre Lire la suite

Répondre
 
08.12.2014 à 14h57

« Eh oui chers confrères, entre autres, le paiement à l'acte est une connerie. Qui prive le médecin du temps dont il a besoin pour une consultation en profondeur. Allez expliquer cela à un énarque... Lire la suite

Répondre
 
08.12.2014 à 11h16

« Voilà un ramassis d'idées réactionnaires , individualistes et machistes jusqu'à la nausées qui montre , si cela était nécessaire, combien la profession est divisée en réalité, ce qui n'est pas éton Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 8

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter