Les médecins coordonnateurs en colère ne veulent pas d’un « retour aux hospices »

Les médecins coordonnateurs en colère ne veulent pas d’un « retour aux hospices »

03.12.2014
  • 1417620522568988_IMG_142796_HR.jpg

La secrétaire d’État à la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie a déclenché la colère des médecins correspondants. Lors des 12e assises nationales, qui viennent de se tenir à Paris, Laurence Rossignol a annoncé son intention « d’étudier les conditions dans lesquelles les médecins coordonnateurs pourraient prescrire, dans la recherche d’une prise en charge plus adéquate et adaptée » au-delà des simples situations d’urgences ou de risques vitaux.

La secrétaire d’État a également suggéré que le médecin coordonnateur devienne « le référent et l’interlocuteur de ses confrères à l’hôpital » en matière de télémédecine. Ces propos ont ulcéré le Syndicat des médecins coordonnateurs en EHPAD (SMC-EHPAD, branche de la CSMF), qui s’oppose à l’extension du pouvoir de prescription des coordonnateurs, mais aussi le Syndicat national des généralistes et gériatres intervenant en EHPAD (affilié à MG France) et le syndicat national de gérontologie clinique (SNGC).

Contre la tutelle des hospitaliers

Dans un communiqué commun, ces syndicats s’alarment d’un « retour aux hospices », qui serait selon eux dans les projets gouvernementaux. « Demain, nos aînés les plus dépendants, les plus vulnérables, risquent de n’être soignés qu’à distance, par des gériatres hospitaliers qui ne viendront même pas leur toucher la main, et auxquels ils seront télé-présentés par un médecin d’EHPAD qu’ils n’auront pas choisi ! »

Ces syndicats s’opposent ce que les médecins coordonnateurs soient mis sous tutelle de praticiens hospitaliers et demandent à Marisol Touraine de leur apporter des garanties.

« Les médecins de ville ne doivent pas être évincés », selon le SMC-EHPAD

Le SMC-EHPAD (CSMF) rappelle que les relations entre médecins traitants et coordonnateurs ne sont pas des relations de subordination. « La moitié des médecins coordonnateurs est salariée, l’autre a un exercice libre, et est également généraliste libéral », explique son président, le Dr Bernard Oddos, joint par « Le Quotidien ». Selon lui, les deux fonctions doivent être séparées. « Le médecin coordonnateur soigne l’institution. Il ne doit pas être dans le curatif, sinon il y a confusion des genres. S’il est aussi médecin traitant, ce doit être sur son exercice libéral, dans un autre temps » poursuit-il.

Ses craintes : que les médecins de ville soient évincés (alors qu’ils forment un vivier de coordonnateurs) ; que les médecins coordonnateurs soignent les résidents sans moyens supplémentaires. En outre, quel serait le modèle économique sous-jacent ? Une table ronde sur la tarification en EHPAD doit démarrer le 9 décembre, pilotée par le cabinet de Laurence Rossignol et par la direction générale de la cohésion sociale sur le plan technique, appuyée par l’IGAS. Fin des travaux prévus en juin 2015.

C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
05.12.2014 à 00h35

« Mais c'est fantastique le smartphone, tout à distance, tu ne risqueras pas t’attraper quelques miasmes de "vieux". Avant ils te crachaient dans la figure, maintenant tu le verras sur ton smartphone, Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Enquête Ifop pour « le Quotidien »Sondage exclusif : Fillon et Macron en tête des intentions de vote des médecins

Enquête Ifop pour « le Quotidien » - Sondage exclusif : Fillon et Macron en tête des intentions de vote des médecins-0

Bien moins enclins à l’abstention que l’ensemble des Français, les médecins libéraux s’avèrent polarisés par la droite de François Fillon... 40

Hypercholestérolémie : la HAS recommande d'utiliser l'outil SCORE en prévention primaire entre 40 et 65 ans

CHOLESTEROL

La Haute Autorité de Santé (HAS) publie aujourd'hui 3 fiches mémo « afin de guider les professionnels de santé sur la manière d'appréhender... 4

Au congrès de la médecine générale, une pétition pour un DES à 4 ans !

Le collège de la médecine générale a lancé une pétition pour porter le diplôme d'études spécialisées (DES) de trois à quatre ans. L'annonce... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter