Décès de Jacques Barrot, ancien ministre de la Santé, père du secteur II

Décès de Jacques Barrot, ancien ministre de la Santé, père du secteur II

03.12.2014
  • Jacques Barrot, ministre de la Santé de 1979 à 1981

Jacques Barrot est mort soudainement à l’âge de 77 ans ce mercredi 3 décembre, alors qu’il effectuait un déplacement dans le métro parisien. L’ancien ministre de la Santé (1979 à 1981), qui a également été commissaire européen à la Justice, était l’un des grands noms du centrisme en France.

barrot_une_qdm_1.jpg

Jacques Barrot a débuté sa carrière ministérielle sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. Entre 1974 et 1981, il détiendra successivement les portefeuilles du Logement, puis du Commerce, et enfin de la Santé et de la Sécurité sociale.

Entre 1995 et 1997, sous la présidence de Jacques Chirac, il sera ministre du Travail et des Affaires sociales. De 2002 à 2004, il dirigera le groupe UMP à l’assemblée nationale.

Européen convaincu, Jacques Barrot oriente sa carrière vers l’Europe à partir de 2004. À Bruxelles, il sera successivement vice-président de la Commission européenne, puis commissaire à la Justice, à la Liberté et à la Sécurité.

Depuis février 2010, et jusqu’à sa disparition subite, Jacques Barrot était membre du Conseil constitutionnel.

barrot_une_qdm_2_0.png

Plan de rigueur, grèves... et matraquage

Le passage de Jacques Barrot, avenue de Ségur, fut marqué par des relations chaotiques avec les médecins. Le gouvernement souhaitait alors diminuer le consumérisme médical. Nommé en juillet 1979, Jacques Barrot présente un plan de rigueur pour l’assurance-maladie. Des revalorisations prévues pour les médecins sont gelées. Les cabinets de médicaux ferment fin octobre.

Suit une période conventionnelle tumultueuse, de grèves et manifestations. Au cours de l’une d’elles, le 5 juin 1980, des médecins qui souhaitaient rejoindre l’Elysée, sont matraqués par des CRS sur le pont Alexandre III. La profession gardera rancœur de cet épisode au ministre Barrot.

Une convention médicale est finalement signée en juin 1980 par la FMF qui donne notamment naissance au secteur II, à laquelle adhérera la CSMF, quelques mois plus tard. 

« C’est une grande figure de la famille centriste en France et de la démocratie chrétienne européenne qui disparaît », a réagi François Hollande.

Le chef de l'État a salué « le sens exemplaire de l’intérêt général » de Jacques Barrot, qui « a su mener des réformes courageuses en matière de santé ».

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 20 Commentaires
 
11.12.2014 à 12h07

« Il m'a laissé un souvenir détestable, et d'autres prennent le métro »

Répondre
 
04.12.2014 à 17h56

« Jacques BARROT père du secteur 2 !!! ... un peu rapide
Rendons à CESAR ce qui est à Raymond BARRE, qui, à l'époque, gérait la France de façon responsable, c'est-à-dire sans dettes.
Altigerien co Lire la suite

Répondre
 
06.12.2014 à 21h55

« Merci de remettre un peu les pendules à l'heure !!! ... Par les temps qui courent en habitudes de trucages et falsifications d' Histoire certaines choses passent à la trappe ce qui permet actuelleme Lire la suite

Répondre
 
07.12.2014 à 21h19

« Merci pour ces précisions, il nous faut rendre à Raymond Barre... ce qui revient à un économiste sain et reconnu. S'il en existe encore, qu'ils se manifeste !!! Face à MST qui mène la SS et les méde Lire la suite

Répondre
 
04.12.2014 à 17h01

« Avec lui les biologistes médicaux ont aussi bien "chargé", alors maintenant qu'il est mort, comme d'habitude, les nécrologies dithyrambiques fleurissent... Mais les suivants ne font guère mieux : 8 Lire la suite

Répondre
 
04.12.2014 à 10h16

« Le secteur 2, quelle mauvaise idée : médecine à 2 prix, pour a priori la même prestation. Un choix géographique en fait. Grandes villes secteur 2, campagnes ou banlieues secteur 1 avec des subventio Lire la suite

Répondre
 
07.12.2014 à 21h23

« Société à multiples vitesse !!!
Dans médecine libérale, il y a liberté
Et pas "tout le monde pareil" , alors réfléchissez ! »

Répondre
 
04.12.2014 à 10h11

« Il est le père de la paupérisation de la médecine en divisant les médecins et en faisant stagner les revenus du secteur 1. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Grippe : l'Ordre réclame la vaccination obligatoire des médecins

bouet voeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) est favorable à une vaccination obligatoire des praticiens contre la grippe, et plus... 89

Bilan en demi-teinte des expérimentations d'alternatives à la PACES

paces

Les alternatives à la première année commune aux études de santé (PACES) expérimentées depuis deux ans dans dix facultés ont entraîné une... 1

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes » Abonné

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes »-1

Candidat à la primaire sous les couleurs de l'Union des démocrates et écologistes (UDE), Jean-Luc Bennahmias veut désengorger les urgences... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter