Suite au rapport Le Drain-Marcangeli, Marisol Touraine renâcle à débattre sur l’autorisation du cannabis

Suite au rapport Le Drain-Marcangeli, Marisol Touraine renâcle à débattre sur l’autorisation du cannabis

21.11.2014
  • 1416585736565730_IMG_141921_HR.jpg

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a affirmé aujourd’hui son opposition à une modification de la législation sur le Cannabis, estimant qu’il ne fallait pas « banaliser la consommation ». Au micro de BFMTV/RMC, la ministre s’est déclarée non favorable à « ce qu’on mette ce débat sur la table aujourd’hui ».

L’idée de la dépénalisation vient pourtant de son camp politique, puisqu’elle provient de la députée socialiste Anne Yvonne Le Dain, coauteur du rapport sur l’évaluation de la lutte contre l’usage des substances illicites remis jeudi à l’Assemblée nationale.

Les avis des auteurs divergent

Le deuxième auteur du rapport, le député UMP Laurent Marcangeli, s’est déclaré lui aussi opposé à l’offre réglementée sous le contrôle de l’État, proposée par sa collègue, lui préférant une « contraventionnalisation » de l’usage de cannabis. L’idée serait de transformer le délit d’usage de cannabis, passible d’une peine maximum d’un an d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende, en un acte sanctionné par une contravention de troisième catégorie.

« Plus personne ne va en prison pour usage de stupéfiant, a souligné Laurent Marcangeli, or, si on respecte la loi, une personne qui fume un joint devrait être mise en garde à vue. Les policiers et gendarmes ont d’autres choses à faire. »

L’expérimentation des salles de consommation à moindres risques (SCMR), disposition prévue par le projet de loi de santé, constitue un autre point d’achoppement entre les deux auteurs du rapport. Anne Yvonne Le Dain fait valoir les « expériences concluantes » menées à l’étranger, alors que Laurent Marcangeli pointe quant à lui le manque de « sécurisation suffisante du dispositif s’agissant du travail de la police, de la justice et des questions de responsabilités en jeu ».

Le manque de moyens de la MILDECA épinglé

En revanche, les deux parlementaires sont tombés d’accord sur le constat d’une forte augmentation de la consommation de drogue en France, mesurée à l’aune des interpellations : 2 000 en 1970 contre 170 000 en 2013. Le rapport Le Dain-Marcangeli dresse également un état des lieux sévère de la traçabilité des coûts de la politique publique de lutte contre l’usage des substances illicites. Ils estiment néanmoins ces coûts à 2 milliards d’euros, dont 850 millions pour l’application de la loi, 830 millions pour les soins et 300 millions pour la prévention, soit 0,1 % du PIB français. Cette part est comparable, selon eux, à l’effort consenti par les autres pays européens.

Ils notent également une forte baisse des moyens alloués à la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et des conduites addictives (MILDECA) dont les crédits d’interventions sont passés de 30,3 millions d’euros en 2007 à 15,5 millions prévus en 2017 par le budget triennal. Les deux députés dénoncent en outre une action territoriale insuffisante, faute de coordination avec les agences régionales de santé, et un émiettement des interventions de la MILDECA : en 2013, 1 800 projets ont été menés par la mission pour un total de 8,7 millions d’euros.

Prévention, soins, réduction des risques

Au chapitre des propositions concernant les autres drogues illicites, les deux députés suggèrent d’interdire les drogues par familles de molécules, de renforcer les outils de suivi sur Internet, de réexaminer la procédure et le contenu de programmes de prévention.

L’organisation des soins fait aussi l’objet de recommandations. Il est ainsi suggéré de renforcer les enseignements en addictologie dans les trois cycles des études de santé, d’accroître l’offre de soins résidentiels adaptée aux situations les plus difficiles. Enfin, concernant la réduction des risques, le rapport propose de mettre en place des ordonnances sécurisées et des prescriptions électroniques.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
23.11.2014 à 19h03

« La seule thérapeutique c'est que la personne trouve a qui se confier !
C'est la seule qui marche, alors le reste...... »

Répondre
 
25.11.2014 à 22h03

« Cela ne suffit pas toujours, mais c'est de fait indispensable ! »

Répondre
 
23.11.2014 à 11h07

« La bouffe tue, le sexe tue, l'eau tue, l’électricité tue.... On devrait interdire tout ce qui tue ? Faut arrêter de se voiler la face : la situation actuelle entretien une économie souterraine qui f Lire la suite

Répondre
 
25.11.2014 à 17h43

« Socialistes-bien-pensants, pensée unique: j'avais lu dans cet article que la socialiste Mme Le Drain était favorable à la légalisation et que son collègue de l'UMP était contre. Mme Touraine penche Lire la suite

Répondre
 
26.11.2014 à 11h14

« On ne lit que ce qu'on a envie de lire. Au final au pouvoir le résultat est toujours le même. Je précise juste que je n'ai aucune inclination vers l'extrême droite qui parle également de pensée uni Lire la suite

Répondre
 
22.11.2014 à 19h22

« Étant addictologue moi même et connaissant la complexité du sujet, je suis toujours stupéfait des allégations péremptoires des partisans et des opposants à la légalisation du cannabis. Celui qui étu Lire la suite

Répondre
 
22.11.2014 à 14h18

« Je ne vois pas du tout l'intérêt du cannabis en thérapeutique. Avec les risques évoqués ci-dessus, sans compter la masse de mésusages prévisibles, ça semble irrationnel d'en demander la légalisation Lire la suite

Répondre
 
21.11.2014 à 23h16

« Ceux qui parlent de mise en circulation contrôlée du cannabis, savent-ils qu'il y a des infarctus sur artères saines suite à la consommation de cannabis ?
Les cardiologues nous alertent régulièreme Lire la suite

Répondre
 
21.11.2014 à 23h59

« Sans parler du rôle du cannabis dans les accidents de la route bien connus depuis fort longtemps (cf. une thèse à Strasbourg dont j'ai oublié la date tant elle est ancienne mais qui m'a marqué à l'é Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L’ANSES fixe de nouveaux repères pour la consommation alimentaire des adultes

ANSES

L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation et du travail (ANSES) publie ce mardi un avis et un rapport qui actualisent les... 1

Les ordonnances du SML pour « soigner » les maux de Valls et Hamon

Après un « examen complet » des programmes des deux candidats arrivés en tête du premier tour de la primaire à gauche, les médecins du SML... 1

AZF, 13 novembre, Nice : les pistes pour améliorer l'accompagnement psychologique des victimes

psy

Alors que le troisième procès AZF s'ouvre ce 24 janvier, le Pr Jean-Philippe Raynaud, chef du service Psychiatrie de l'enfant et de... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter