Aquitaine : l’ARS communique sur le bon usage du médicament

Aquitaine : l’ARS communique sur le bon usage du médicament

21.11.2014

Le constat de l’agence régionale de santé (ARS) d’Aquitaine est simple. Quand plusieurs professionnels de santé interviennent autour d’un même patient, celui-ci peut se voir prescrire de nombreux médicaments, sans que l’équipe soignante ait une vision globale de l’ensemble des traitements.

Ce manque de visibilité entraîne un risque accru d’iatrogénie médicamenteuse avec à la clé un taux élevé de réhospitalisation. L’ARS, qui assure faire du médicament « une de ses priorités », s’est déjà attaquée au problème. Plusieurs actions ont été engagées, comme la sensibilisation du patient à la nécessité de faire le point régulièrement avec son médecin et son pharmacien sur sa prise en charge médicamenteuse.

Bellemare à la rescousse

L’agence invite les patients à ouvrir un dossier pharmaceutique, de façon à assurer un suivi des prescriptions faites. Enfin, elle encourage la coordination entre les professionnels de santé, et accompagne leur dialogue avec les patients. Dans les médias régionaux (radios et télévisions), l’ARS a programmé pour le début de l’année 2015 une campagne d’information auprès du grand public sur la iatrogénie médicamenteuse. Avec Pierre Bellemare comme porte-parole.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
24.11.2014 à 17h48

« Il serait intéressant de mesurer les conséquences et morts secondaires aux arrêts de traitement sous prétexte de iatrogénie. »

Répondre
 
24.11.2014 à 08h46

« Sympathique mais un peu "has been" Pierre Bellemare, à voir pour ce qui est de l'impact en terme d'éducation thérapeutique de nos patients. »

Répondre
 
22.11.2014 à 09h32

« Mon cardiologue correspondant ne fait aucune prescription me laissant l'initiative de celle-ci en fonction des comorbidités et autres pathologies, le bon sens ne nuit pas »

Répondre
 
21.11.2014 à 22h50

« L'ARS "...encourage la coordination entre les professionnels de santé, et accompagne leur dialogue avec les patients..".. Tout cela relève de la pratique quotidienne de tout bon médecin se respectan Lire la suite

Répondre
 
21.11.2014 à 20h26

« Mais comment faisait-on avant que les ARS existent ? D.S »

Répondre
 
22.11.2014 à 08h39

« On continue alors la iatrogénie médicamenteuse qui entraîne
130 000 hospitalisations et 10 000 décès par an... Si cela vous convient.... »

Répondre
 
22.11.2014 à 17h49

« "On était bien tranquille ! "
Comme toujours c'est venu après !

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 1

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 60

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter