L’interleukine 2 à faible dose pour éviter le risque de rejet lors d’une allogreffe cutanée

L’interleukine 2 à faible dose pour éviter le risque de rejet lors d’une allogreffe cutanée

14.11.2014

Les chercheurs de l’unité INSERM 955 de l’Institut Mondor de recherche biomédicale (IMRB) et de l’Institut Curie et de l’hôpital européen Georges Pompidou viennent de publier dans la revue « American Journal of Transplantations » une étude selon laquelle une faible dose d’interleukine 2 réduit le risque de rejet lors d’une allogreffe de peau, en freinant l’action du système immunitaire.

Du diabète de type 1 à l’allogreffe

L’interleukine 2 est déjà employée à forte dose pour stimuler l’activité des lymphocytes, dans le cadre du traitement de certains cancers du rein et de certains mélanomes. À faible dose, l’action de l’interleukine 2 s’inverse, elle endigue alors l’action du système immunitaire.

En 2010, une étude menée par Eliane Piaggio, de l'institut Curie, avait d’ailleurs montré dans « The journal of experimental medicine » que l’interleukine 2 à faible dose pouvait arrêter la destruction des cellules bêta-pancréatiques chez des souris non obèses ayant un diabète de type 1, et stopper la maladie pendant une durée prolongée.

Lors de leurs premières expériences, l’équipe de chercheurs de l’IMRB conduite par José Cohen et Philippe Grimbert n’a injecté que de l’interleukine 2 à des souris greffées, et n’a pas obtenu les résultats escomptés. Au cours d’une deuxième série, les chercheurs ont couplé l’interleukine 2 à un autre immunosuppresseur : le sirolimus. L’hypothèse des chercheurs était que l’interleukine 2 activerait le Tregs tandis que le sirolimus limiterait la prolifération des lymphocytesCD4+. Ce postulat s’est vérifié, puisqu’un mois après l’opération, les greffons n’étaient pas rejetés.

Une expérimentation chez l’homme possible

« La greffe de peau chez la souris est le modèle expérimental le plus difficile à contrôler, expliquent les auteurs, dans notre expérience, les souris ne montrent aucun signe de rejet 30 jours après la greffe cutanée. C’est très encourageant quand on sait qu’habituellement ce rejet intervient dans les 10 jours. »

Ces résultats sont une première étape qui ouvre la possibilité d’une évaluation clinique. Ces deux molécules présentent l’avantage de posséder une autorisation de mise sur le marché chez l’homme.

Article mis à jour le 17/11/2014.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Présidentielle : ces propositions qui agacent le secteur

100%

Le grand oral sur la santé et la protection sociale de cinq candidats à la présidentielle, organisé mardi par la Mutualité française, a... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

« Chez nous » ou la stratégie de dédiabolisation du FN incarnée par un médecin

film

Le nouveau film de Lucas Belvaux, co-écrit avec l'écrivain Jérôme Leroy (auteur du roman « Le Bloc » et habitant du Nord), raconte... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter