Complémentaires : selon la FNIM, les Français veulent pouvoir recentrer leur couverture

Complémentaires : selon la FNIM, les Français veulent pouvoir recentrer leur couverture

13.11.2014

La Fédération nationale indépendante des mutuelles (FNIM) s’alarme de la « démutualisation progressive » en France, à la lumière des données de son deuxième baromètre* national, dévoilé mercredi.

En effet, seulement 92 % des personnes interrogées ont souscrit à un contrat complémentaire santé cette année contre 94 % en 2013. Et seuls 76 % des Français jugent aujourd’hui « indispensable » d’avoir une complémentaire contre 81 % en 2013.

Le renoncement aux soins progresse

Parallèlement, souligne la FNIM, le renoncement aux soins pour des raisons économiques progresse fortement (37 % des sondés contre 33 %), essentiellement dans le secteur dentaire, l’optique et la médecine spécialisée.

Si les Français restent largement satisfaits (90 %) de leur complémentaire santé, leur regard sur les garanties serait en train de changer, avec une volonté de libre choix et de ciblage accru. Selon la FNIM en effet, 39 % des Français seraient intéressés par un « recentrage » de leur contrat sur les « grosses dépenses de santé » (hospitalisation, chirurgie). Et un tiers des personnes interrogées (40 % des moins de trente ans) se déclare prêt à payer plus cher pour un « renforcement » des garanties « en cas d’hospitalisation ou de recours à des spécialistes ».

Privilégier le risque lourd ?

Très attachée au principe de liberté individuelle, la FNIM se dit donc « favorable » à une concentration des complémentaires santé sur « le gros risque », selon l’expression de Philippe Mixe, président de la Fédération.

« La démutualisation progresse, commente-t-il. Il y a urgence à encourager les complémentaires à fournir une réponse aux adhérents sur le vrai risque santé, comme les maladies chroniques, et non sur les soins courants et la bobologie. » La FNIM souligne à cet égard son opposition au schéma des contrats responsables et solidaires (98 % de l’offre) qui couvrent un panier minimum de soins hétérogènes, ne correspondant pas forcément aux attentes des adhérents.

* 1 000 entretiens en ligne du 2 au 13 octobre auprès d’un échantillon représentatif de la population et 2 253 entretiens en ligne du 8 au 20 octobre auprès des adhérents des mutuelles de la FNIM.

A. B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
16.11.2014 à 12h00

« Rappelons que mutuelle n’est pas synonyme de complémentaire santé. Celle-ci peut être assurée par d’authentiques mutuelles, c’est-à-dire d’organismes relevant du code de la mutualité, mais aussi par Lire la suite

Répondre
 
14.11.2014 à 14h04

« Ce que veulent les mutuelles c'est les infos du dossier médical. Alors elles pourront mettre des exclusions sur les prises en charge (comme les assurances le font lors de la souscription d'un contra Lire la suite

Répondre
 
14.11.2014 à 10h32

« Les mutuelles sont la honte de la prise en charge des citoyens, si l'État allait y mettre son nez et récupérait toutes les cotisations sans objet réels (la chirurgicale obligatoire dans tout contrat Lire la suite

Répondre
 
13.11.2014 à 19h57

« Les Français commencent à y voir clair. La déclaration de la FNIM montre une nouvelle fois que la vente de contrats de mutuelles complémentaires est une escroquerie vivant sur les peurs de la popu Lire la suite

Répondre
 
13.11.2014 à 18h02

« "les complémentaires santés veulent fournir une réponse à leurs adhérents sur le vrai risque santé comme les maladies chroniques et non sur les soins courants et la biologie"... Elles se moquent en Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L’ANSES fixe de nouveaux repères pour la consommation alimentaire des adultes

ANSES

L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation et du travail (ANSES) publie ce mardi un avis et un rapport qui actualisent les... 1

Les ordonnances du SML pour « soigner » les maux de Valls et Hamon

Après un « examen complet » des programmes des deux candidats arrivés en tête du premier tour de la primaire à gauche, les médecins du SML... 1

AZF, 13 novembre, Nice : les pistes pour améliorer l'accompagnement psychologique des victimes

psy

Alors que le troisième procès AZF s'ouvre ce 24 janvier, le Pr Jean-Philippe Raynaud, chef du service Psychiatrie de l'enfant et de... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter