À Colombes, le centre de santé municipal se bat pour ne pas perdre ses spécialistes

À Colombes, le centre de santé municipal se bat pour ne pas perdre ses spécialistes

10.11.2014
  • 1415619893562073_IMG_140876_HR.jpg

La mairie de Colombes (Hauts-de-Seine) a décidé de mettre un terme à l’activité dentaire, de la radiologie et de la médecine spécialisée de son centre municipal de santé (dermatologie, cardiologie, gynécologie, ORL, ophtalmologie, rhumatologie...) dès la fin de cette année.

Contacté par « le Quotidien », le cabinet de Nicole Goueta, maire UMP de Colombes, a confirmé l’information : « Avec 1,1 million d’euros de déficits par an sur ce centre et face à la baisse programmée des dotations de l’État l’an prochain, il a été décidé de recentrer l’activité du centre sur la médecine générale. On ne le fait pas de gaîté de cœur mais pour des raisons purement financières. »

Deux médecins du centre de santé municipal de Colombes s’étaient inquiétés pour l’avenir de leur structure, s’étonnant que « la mairie ait demandé au personnel d’accueil de ne plus prendre de rendez-vous pour la médecine spécialisée et dentaire après le 23 décembre ».

Excentré du centre-ville de Colombes, situé à proximité de l’hôpital Max Fourestier de Nanterre et Louis-Mourier (AP-HP) de Colombes, le centre de santé municipal prend en charge en secteur I chaque année 6 000 personnes issues principalement d’un quartier déshérité. « C’est un lieu de cohésion sociale dans un quartier difficile », explique un médecin du centre.

Incompréhension

La mauvaise santé financière du centre était un motif de préoccupation ces derniers mois. La dernière directrice du CMS, qui avait démissionné avant l’été, n’a jamais été remplacée. « La municipalité n’a pas souhaité communiquer avec les médecins concernés sur ses intentions », regrette un médecin spécialiste du centre, désabusé. « Lors de la campagne, Mme Goueta est venue annoncer qu’elle allait poursuivre l’activité du centre de santé. Il n’a jamais été question d’arrêter la médecine spécialisée », confie ce même médecin. En 2005, Nicole Goueta, alors maire de la ville, avait déjà essayé de fermer le centre dentaire mais y avait renoncé à l’issue d’une mobilisation. La nouvelle équipe municipale ne souhaite donc conserver que l’activité de médecine générale du centre (4 praticiens dont un à temps plein).

La décision de mettre fin à la médecine dentaire et spécialisée est incomprise. « Il y a eu des travaux importants de mise aux normes pour les personnes handicapées et le centre dispose d’un service de radiologie numérisé, il participe au dépistage du cancer du sein et son accueil a été réaménagé pour fluidifier le passage des patients », observe un spécialiste.

Les médecins du centre des Gros Grès vont adresser une lettre ouverte à la maire, au directeur de l’ARS d’Ile-de-France et au directeur de l’hôpital Louis Mourier (AP-HP) de Colombes pour tenter d’infléchir cette décision.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
10.11.2014 à 22h54

« Bis-repetita; J'ai connu ce problème au Centre de Santé municipal aux Lilas. La mairie décide de favoriser une de ces affidées en MG bombardée Directrice du centre à la place de la tenante, et assum Lire la suite

Répondre
 
11.11.2014 à 09h13

« Et ailleurs dans une municipalité de la couronne parisienne rouge, un médecin du Centre de santé municipal prends sa retraite, et s'aperçoit que son employeur, la mairie, n'avait jamais cotisé bien Lire la suite

Répondre
 
10.11.2014 à 22h03

« Et tout ça ne va pas s'arranger si la proposition de Jacques Attali de fusionner le budget de la SS et de l'Etat aboutit !
Ça promet ! »

Répondre
 
10.11.2014 à 19h28

« "6000 sans -dents" certains ont peur du chiffre ou de la "masse" !
Attention ils vont mordre ! »

Répondre
 
10.11.2014 à 16h30

« Et c'est quoi le plan B : organiser la saturation des urgences des hôpitaux de proximité ? En gros tout ce qui ne faut pas faire....Mais c'est vrai que c'est la finance qui décide te tout ? »

Répondre
 
10.11.2014 à 16h26

« On voit bien que l'austérité nuit gravement à la santé et à la cohésion sociale. Revenue sur sa promesse éléctorale, qu'a donc à faire ce bon maire UMP que 6000 personnes d'un quartier difficile ne Lire la suite

Répondre
 
10.11.2014 à 22h50

« Le problème n'est pas là. Le vrai problème est que tous ces centres, CMS, maisons pluridisciplinaires, ne sont pas viables financièrement. Ce n'est pas un scoop ! Or le gouvernement s'emploie à détr Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter