Le vaccin contre l’hépatite C fait des premiers pas encourageants en phase 1

Le vaccin contre l’hépatite C fait des premiers pas encourageants en phase 1

06.11.2014
  • 1415294290561493_IMG_140708_HR.jpg

Une collaboration de chercheurs anglais et italiens menés par le Dr Eleanor Barnes de l’université d’Oxford vient de publier les résultats d’une étude de phase 1 sur ce qui pourrait être le premier vaccin jamais mis au point contre le virus de l’hépatite C (VHC).

Développé par GlaxoSmithKline, ce vaccin suit une stratégie prime boost (amorce-rappel) avec une première injection d’un fragment d’ADN qui comporte un gène codant pour une protéine antigénique suivie d’une seconde injection pour amplifier la prolifération des lymphocytes T induite par la première injection.

Cibler les mêmes protéines que les nouveaux antiviraux

Dans le cas du vaccin décrit par la publication de « Science Translational Medicine » les fragments d’ADN sont des gènes codant pour les mêmes protéines que les nouveaux antiviraux qui arrivent en ce moment sur le marché. Il s’agit de la NS4 (protéine ciblée par le télaprévir), de la NS5A (ciblée par le daclatasvir), et NS5B, caractéristiques du VHC de génotype 1b.

Les auteurs utilisent un vecteur différent pour chacune des deux injections : un adénovirus modifié de chimpanzé (ChAd3) pour le « prime » et un virus recombiné de la vaccine (souche Ankara), ou un adénovirus humain modifié (Ad6) pour le « boost » administré huit semaines plus tard.

La vaccine plus efficace que l’adénovirus humain

Dans leur essai, les auteurs ont procédé à des injections intramusculaires de ChAd3/Ad6 chez neuf volontaires, et des injections intramusculaires de ChAd3/vaccine chez neuf autres. Au bout de trois ans de mesure de la réponse immunitaire, les auteurs ont noté que c’était le cocktail ChAd3/vaccine qui était le plus efficace.

Une spectroscopie de masse a en effet permis de révéler que les lymphocytes T humains de volontaire sain réagissaient mieux avec la vaccine modifiée et produisait un grand nombre de CD8+ et de CD4+ spécifiquement dirigés contre le VHC. Ils indiquent en outre que la réponse était maintenue, et que les lymphocytes T conservaient la même capacité de prolifération en présence de VHC trois ans après la vaccination.

Une phase 2 en cours

Les auteurs précisent que le vaccin est bien toléré, malgré des effets secondaires brefs mais intenses (entre 24 et 48 heures) comme des migraines et une asthénie chez cinq volontaires.

Un autre essai de phase 2 est en cours aux États-Unis pour évaluer l’efficacité de ce vaccin sur une population de consommateurs de drogue. Les résultats sont attendus pour 2016.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 7

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter