Un « drone ambulance » pour les urgences cardiaques

Un « drone ambulance » pour les urgences cardiaques

30.10.2014
  • 1414684271559236_IMG_140123_HR.jpg

Une structure en fibre de carbone munie de six hélices, capable d’atteindre une vitesse max de 120 km/h et d’accueillir un défibrillateur, le « drone ambulance » a tout pour plaire. Créé par Alec Momont, un étudiant belge effectuant sa thèse en ingénierie à l’Université de Delft aux Pays-Bas, le « drone défibrillateur » a déjà séduit la fondation néerlandaise pour le cœur et les services d’urgences d’Amsterdam. Son intérêt : diminuer les délais d’attentes de la prise en charge des victimes d’arrêt cardiaque. « Environ 800 000 personnes subissent un arrêt cardiaque chaque année dans l’Union européenne et seulement 8 % d’entre elles survivent », a expliqué M. Momont. Sans prise en charge immédiate, plus de 90 % des arrêts cardiaques sont fatals en France. Sept fois sur dix ils surviennent devant un témoin mais moins de 20 % d’entre eux maîtrisent les gestes simples de premier secours.

 

Une « trousse médicale volante »

Le drone ambulance est capable de transporter une charge de 4 kg en un temps record. « Il pourrait emmener un défibrillateur en une minute dans une zone de 12 km², faisant passer les chances de survie de 8 à 80 % », explique le concepteur. Le protocole d’action est simple, lorsqu’un individu est victime d’un arrêt cardiaque, le témoin appelle le 112, le « drone ambulance » localisera l’appel et grâce à son GPS volera automatiquement vers le lieu de l’accident. Arrivé à destination, il repliera ses ailes et sera facilement utilisable par une personne. Le drone est doté d’une caméra et d’un micro qui permettra aux équipes médicales de communiquer et de donner des instructions aux personnes se trouvant près de la victime.


Cette technologie ne « remplacera pas les urgences, mais les épaulera. C’est un complément », assure-t-il.

À terme, Alec Momont souhaite équiper son « drone ambulance » de masques à oxygène pour aider les personnes prisonnières des flammes ou encore d’apporter de l’insuline aux personnes diabétiques en difficulté. Six mois ont été nécessaires à la mise au point de ce robot volant. Construites en fibres de carbone, certaines parties de l’appareil ont été créées à l’aide de l’imprimante 3D. Le coût du prototype s’élève à 5 000 euros. À terme, le prix devrait passer à 15 000 euros.

En 2012, l’Américain Andreas Raptopoulos, P-DG de Matternet, avait conçu un drone à destination des missions humanitaires afin de transporter du matériel médical ou des échantillons de sang (vers des laboratoires homologués) dans les régions pauvres du monde complètement isolées lors de la saison des pluies ou de catastrophes naturelles. Ses premiers essais réalisés à Haïti et en République dominicaine après un tremblement de terre avaient été un succès.

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
31.10.2014 à 12h29

« L'idée parait séduisante car elle réduit de plus de moitié le temps d'aller chercher le défibrillateur , le ramener auprès du patient et son retour sur son lieu de stationnement. »

Répondre
 
31.10.2014 à 09h16

« Le temps qu'il arrive... même en un temps record qui se compte "fatalement" en minutes......
Il faudrait que tout un chacun soit formé et capable d'apporter des premiers secours efficaces (massage Lire la suite

Répondre
 
01.11.2014 à 08h48

« Ventilation ? Vous dites !!!!!! »

Répondre
 
30.10.2014 à 22h56

« "Ses premiers essais" Tiens il y a eu des essais et pourquoi personnes n'en a su la moindre information ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter