Drogues au volant : nouveaux tests salivaires expérimentés à partir du mois de décembre

Drogues au volant : nouveaux tests salivaires expérimentés à partir du mois de décembre

24.10.2014

À partir du 1er décembre 2014, une nouvelle technique d’analyse des échantillons salivaires sera expérimentée, six mois dans dix départements : Alpes-Maritimes, Dordogne, Gironde, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, Moselle, Nord, Haute-Savoie, Yvelines et Paris. « Actuellement, la recherche de stupéfiants chez les conducteurs relève d’un protocole long et coûteux », a expliqué la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA). La recherche de stupéfiants des conducteurs est aujourd’hui effectuée grâce à un test salivaire réalisé par les forces de l’ordre. En cas de test positif, le conducteur est emmené par la police auprès d’un médecin pour une confirmation du résultat au moyen d’un prélèvement sanguin envoyé à un laboratoire compétent.

Se passer du prélèvement sanguin

La nouvelle technique vise à se passer du prélèvement sanguin en le remplaçant par un deuxième test salivaire, effectué par les forces de l’ordre, beaucoup moins lourd et coûteux à mettre en place. Les deux échantillons seront directement envoyés au laboratoire de la police scientifique ainsi qu’au laboratoire de la gendarmerie nationale. Chaque laboratoire testera une méthode différente afin d’analyser l’échantillon, l’un utilisera la chromatographie en phase gazeuse, l’autre en phase liquide. Au cours de l’expérimentation qui inclura 200 personnes, un prélèvement sanguin sera réalisé par un médecin afin de corréler les résultats à ceux des deux chromatographies. Les tests permettront de définir le type de stupéfiants (cannabis, cocaïne, héroïne et amphétamine) consommé par le conducteur. « L’objectif, c’est de rendre la procédure plus simple et d’éviter aux conducteurs et aux forces de l’ordre de passer la nuit aux urgences », pour y effectuer un prélèvement sanguin, a expliqué à l’AFP Danièle Jourdain Menninger, présidente de la MILDECA.

En 2013, 144 000 tests d’usage de stupéfiants ont été effectués en France, plus de 33 % des individus se sont révélés positifs. Enfin, pour la même année, plus de 23 % des conducteurs impliqués dans les accidents mortels étaient positifs aux stupéfiants.

S. M.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
25.10.2014 à 14h28

« J'ai peut-être mal compris mais il me semble lire qu'un tiers des conducteurs utilisent leur véhicule sous l'emprise de stupéfiants. En revanche, moins d'un quart seulement des accidents mortels imp Lire la suite

Répondre
 
24.10.2014 à 22h32

« N'oubliez pas "tout se contourne" foi de français ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter