Contestation, grève : les syndicats de médecins libéraux face au casse-tête du « front uni »

Contestation, grève : les syndicats de médecins libéraux face au casse-tête du « front uni »

22.10.2014
  • 1413987266556539_IMG_139218_HR.jpg

Si tous les syndicats de médecins libéraux ont affiché leur vive hostilité au projet de loi de santé de Marisol Touraine, et appelé peu ou prou à la mobilisation, cette volonté commune de résistance ne se traduit pas encore par une unité d’action, même si plusieurs organisations le souhaitent désormais ouvertement.

MG France a dégainé le premier en appelant à une fermeture nationale des cabinets le 6 janvier, date du quatrième anniversaire du « C » à 23 euros. L’UNOF a choisi un mot d’ordre de cessation d’activité du 24 au 31 décembre, pendant les vacances, un mouvement désormais soutenu par la Fédération des médecins de France (FMF) qui appelle de ses vœux un « front uni ».

L’idée d’une coalition des forces syndicales a été reprise par MG France qui a suggéré « de discuter d’une unité d’action et de date, afin de peser plus efficacement sur le gouvernement ».

Ce mercredi, le Syndicat des médecins libéraux (SML) a jugé que les syndicats devaient d’abord s’entendre sur « les objectifs » avant d’envisager des « mots d’ordre communs de contestation ». Pour avancer, le SML suggère que « l’opposition totale et non négociable à la généralisation du tiers payant soit le premier acte de cette unité dès maintenant ». Et il rappelle sa proposition aux autres syndicats de dénoncer ensemble la convention médicale actuelle pour contraindre la CNAM à ouvrir de nouvelles négociations.

Un dîner, des clivages

Les choses bougent. Selon nos informations, le Dr Jean-Paul Hamon, patron de la FMF, dîne ce mercredi soir en compagnie du président de MG France et d’un responsable du BLOC pour examiner les conditions d’un mouvement commun de fermeture des cabinets entre Noël et le jour de l’an. « L’important est de montrer une opposition unie face au projet de loi de santé, fait valoir le Dr Hamon. Dans deux mois, personne ne se rappellera qui a appelé le premier à la fermeture, ni à quelle date ».

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Le président de MG France, Claude Leicher, pose plusieurs conditions à la constitution d’un front syndical : l’abrogation de l’avenant 19 « qui empêche les généralistes de coter le C à 25 euros » ; la mise en place du tiers payant « non obligatoire »; enfin la possibilité pour les médecins traitants de facturer toutes les visites à 56 euros. La contestation se déplace largement sur le terrain tarifaire. « Si nous sommes tous d’accord sur cette plate-forme, prévient-il, on pourra alors discuter des dates d’appel à la fermeture », précise-t-il.

Le président de l’UNOF, Luc Duquesnel, prévient. « Nous ne changerons pas la date de notre appel à la fermeture,elle n’a pas été choisie par hasard ». Au-delà du calendrier, l’UNOF souligne qu’il y a « de grands clivages avec MG France », notamment sur le tiers payant ou les modes de rémunération. L’UNOF « n’est pas opposée à un front uni mais pas un front de façade. »

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 46 Commentaires
 
30.11.2014 à 00h39

« Plutôt Grève de la carte vitale, revenir au papier, s'ils persistent dans leur délire : les CMU, AME, art 113, ACS, accident de travail à la même sauce, ils payent et ils se font rembourser. »

Répondre
 
23.10.2014 à 21h08

« Cesser de télétransmettre me parait la solution la plus efficace pour nous faire entendre. »

Répondre
 
24.10.2014 à 23h24

« Excellente idée. Je le ferai par solidarité.
DR Kiss Catherina »

Répondre
 
23.10.2014 à 12h26

« Une grève du 24 au 31 décembre : quelle idée foireuse.
La réponse politico-médiatique est déjà prête : c'est la "grève Megève", les médecins nantis sont partis faire du ski...
N'avons nous que des Lire la suite

Répondre
 
23.10.2014 à 12h13

« Le problème de crédibilité se pose pour la CSMF qui a signé le CAS,pour solvabiliser les prises en charge des dépassements d'honoraires des médecins de secteur 2,abandonnant ainsi à leur sort les mé Lire la suite

Répondre
 
27.10.2014 à 12h16

« Vous connaissez mal le sujet.
Le CAS a été offert à certains secteur 1, juste histoire d'avoir suffisamment d'adhérents pour faire démarrer ce CAS.
Comme vous le voyez ils sont prêts à tricher au m Lire la suite

Répondre
 
23.10.2014 à 11h43

« QUE DE BON SENS ET D INTELLIGENCE dans tous ces commentaires lucides!... Mais il ne faudrait pas perdre de vue quelques réalités simples ayant trait aux grosses manipulations dont nous sommes l'obje Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 47

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter